EVENT

Retour sur la 1ère des Mardis de Grand-Case

Retour sur la 1ère des Mardis de Grand-Case

07 February 2020
Ce premier mardi de Grand Case, tant attendu par la population et les acteurs locaux du tourisme, a tenu ses promesses. Touristes et locaux étaient présents en nombre, ravis de renouer avec ce moment de fête.
 
Après les traditionnels discours, de Chantal Vernusse, organisatrice de l’événement et d’Alex Pierre, vice-président de l’Office de Tourisme en charge de prononcer celui de la Présidente Valérie Damaseau, présente mais un peu souffrante, la première soirée des Mardis de Grand Case fut déclarée officiellement lancée.
L’occasion, avant de couper le ruban symbolique, d’adresser des remerciements appuyés à toute les équipes mobilisées, tant il est vrai que cet événement, qui se prépare plusieurs mois en amont, demande un déploiement logistique hors normes à l’échelle de l’île. Car si les sponsors assurent le financement de la manifestation et sont bien visibles, il y a aussi tous les autres … les secouristes présents chaque mardi pour gérer bobos et petits malaises, la police territoriale qui dépêche six agent sur le boulevard, sans compter ceux postés aux différents accès pour gérer la circulation, les patrouilles pédestres des gendarmes eux aussi sur le terrain pour que la sécurité soit optimale, une société de sécurité privée en renfort, une équipe au services des exposants, des danseuses, des musiciens, des équilibristes … c’est drastique, mais efficace !

Rythmes et plumes
 
La parade demeure incontestablement le moment phare de la soirée. Elle attire chaque fois une foule innombrable de visiteurs. Ils étaient plus de 5100 mardi dernier à assister à l’issue de la cérémonie d’ouverture à la première, sur le thème « 2020 Celebration ». Un joyeux tohubohu qui n’a pas empêché les restaurants de faire le plein et les exposants d’entamer une belle saison.
Les mardis de Grand Case sont assurément une bouffée d’oxygène économique et contribuent à faire rayonner un certain art de vivre synonyme également de fête et de partage.
 
On peut encore faire des découvertes aux Mardis de Grand Case
 
Sur la centaine de stands que compte le boulevard de Grand Case chaque mardi soir on en dénombre plus d’une trentaine de nouveaux cette année. Une tendance de bonne augure car outre quelques nouveaux stands de pâtisseries ou mets locaux, la bonne surprise vient des artisans et créateurs de l’île de plus en plus nombreux à proposer du made in Saint-Martin … avec parfois des idées bien originales.
Rendez-vous mardi prochain, même heure, même endroit avec pour thème de la parade « Love » … tout un programme !
 
Nos trouvailles aux Mardis de Grand Case
 
Le visiteur a le choix cette année avec plus d’une centaine de stands qui proposent souvenirs, rafraichissements ou petits en-cas. Mais la richesse des Mardis de Grand Case réside également dans la découverte des nouveaux exposants. Quelques-uns méritent plus particulièrement que l’on s’attarde sur leur stand.
C’est le cas de celui des Petites Aiguilles qui propose des objets dans la grande tradition des maroquiniers avec le fameux piqué sellier. Mais sa créatrice Mathilde Legout, maroquinière de formation, a bien d’autres talents et son stand regorge de créations toutes plus originales les unes que les autres.
 
Un peu plus loin, Lucie, une fidèle, a décidé de se diversifier et à côté de ses bijoux de pacotille qu’elle avait l’habitude de vendre, lance une gamme de cache pots qu’elle fabrique elle-même à partir de béton et de toile. Leurs formes imparfaites, leurs couleurs un peu irisées les rendent très tendance d’autant que ce sont des exemplaires uniques à chaque fois.
Le stand de Camille Pham et de Richard Castaing est une bien jolie surprise. Elle dessine, lui travaille le bois. Camille invente de beaux souvenirs sur tissus ou sur des cartes postales, Richard travaille le bois tout en finesse et le transforme en petits objets du quotidien qui en plus d’être utiles sont beaux.
Dans la lancée, on ne peut que s’arrêter sur le stand de Jean-Michel Carrolo, qui le temps des mardis de Grand Case délaisse sa plume de journaliste, pour vendre les yukulés qu’il fabrique à ses heures perdues Personnalisables, aux couleurs des tropiques, c’est la musique et le rêve à portée de doigts.
Tout au bout du boulevard, les amoureux de la chine vont adorer ce brocanteur-antiquaire, tout ce qu’il y a de plus vrai (rien à voir avec un dépôt vente), et ses objets d’un autre temps, que l’on pourra bientôt retrouver dans une boutique qui ouvrira dans un mois à Hope Estate.
Et entre deux stands, il est impératif de faire une halte à l’Excentrique, une petite boutique qui vient juste d’ouvrir. Paola et Osso, y ont installé leur atelier dans l’arrière-boutique et exposent des bijoux façonnés dans des matières naturelles et les créations de leurs amis.
 
 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.