SOCIETY

Opinion : Ah ! Démagogie, quant tu nous tiens…

Opinion : Ah ! Démagogie, quant tu nous tiens…

12 June 2020
Alors qu’une décision commune sur la réouverture des frontières des pays européens à l’endroit du reste du monde sera dévoilée d’ici le 15 juin, on peut d’ores et déjà acter qu’il sera possible depuis la France métropolitaine de se rendre dans à peu près tous les pays de l’espace européen, pour la période estivale prochaine, à compter du 1er juillet.
 
Les touristes français devraient donc finalement pouvoir voyager plus ou moins librement (plutôt plus que moins…), dans l’Hexagone, mais aussi dans l’Union européenne.
En clair, un français devrait pouvoir se rendre sans trop de contraintes dans des pays comme l’Espagne ou encore l’Italie alors que ces deux pays ont été l’épicentre de l’épidémie en Europe pendant plusieurs semaines, comptabilisant 27000 morts et 242 000 cas de contamination pour l’Espagne, 34000 morts et 235000 cas actifs pour l’Italie. Quant à la France hexagonale qui a enregistré 155000 cas et déplore 29300 décès, ses frontières rouvriront à l’Union européenne le 15 juin prochain, sans restriction, sauf une quatorzaine à respecter pour les visiteurs en provenance de zones à risque.
 
Vacances en France et en Outre-mer, mais surtout en France
 
C’est bien vers une coloration de proximité, très franco-française-européenne que devrait tendre la saison touristique en France pour ces mois de juillet et d’août.
Dans son discours du 14 mai dernier, le premier ministre Edouard Philippe indiquait pourtant : « Les français pourront partir en vacances en France aux mois de juillet et d'août, en Métropole ou dans les départements d'Outre-mer », sauf que pour se rendre dans les départements d’Outre-mer, il a fallu que le gouvernement se fende d’un protocole expérimental qui ne donnera certainement pas envie aux visiteurs français de jouer les cobayes… En effet, le fait d’être contraint d’un test à 72h avant le départ puis, s’il est négatif, d’une septaine confinée dans le territoire d’arrivée, et d’une seconde septaine moins restrictive mais toujours contraignante, surtout pour des vacances, ne devrait pas inciter grand monde à se déplacer dans ces territoires concernés. Des îles pourtant bien moins impactées que le territoire national… Sur l’ensemble du territoire de l’île de Saint-Martin, 118 cas ont été recensés (41 à Saint-Martin et 77 à Sint Maarten) et 18 décès à déplorer (3 à Saint-Martin et 15 à Sint Maarten). Rapportée à la population, l’épidémie a touché 0.0015% des résidents de l’île. En France métropolitaine, 0.0023% de la population a été touchée par l’épidémie.
Un discours et des méthodes qui semblent relever de la démagogie politique, histoire d’avoir bonne conscience à l’égard des départements et collectivités d’Outre-mer, et montrer qu’on pense à eux, qu’on les protège… car nos systèmes de santé insulaires sont fragiles ! Mais dans les faits, c’est bien sur eux-mêmes que les Outre-mer devront compter pour espérer voir quelques visiteurs fouler leur sol pendant ces 2 mois de l’été. 
 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.