SOCIETY

Hausse du prix du carburant : On vous explique les raisons

Hausse du prix du carburant : On vous explique les raisons

13 May 2022
La hausse des prix à la pompe n’aura échappé à personne. Alors que tous ces derniers mois, voire années, localement le prix du litre de carburant fluctuait autour des 1€, il varie aujourd’hui entre 1.38 et 1.45€ pour le sans plomb et jusqu’à 1.60€ pour le diesel. Soit une augmentation d'environ 45%. Qu’est-ce qui justifie cette hausse de prix ? Décryptage.
Reprise économique après pandémie
 
Une des raisons de cette augmentation fulgurante est du fait de la reprise économique post-pandémie. En début d’année 2020, l’activité économique mondiale a été au ralenti, voire stoppée, et ce pendant près de 18 mois. La pandémie du Covid-19 a mis à l’arrêt la quasi-totalité des secteurs d’activité, freinant de manière drastique la consommation de pétrole et donc sa production. Le prix du baril de pétrole, dont l’équilibre est déterminé par l’offre et la demande mondiale, atteignait en avril 2020 des niveaux historiquement bas, environ 18 USD, alors qu’il était à 60 USD deux mois plus tôt. La reprise économique au niveau mondial dès l’automne dernier a fait repartir en flèche la production en général, impliquant une très forte demande en carburant. Le prix du baril a alors atteint de nouveaux sommets, frôlant les 120 USD pour retomber ces dernières semaines à environ 90 USD. A noter pour autant que ces sommets n’ont pas battu les records historiques des années 2007/2008, qui était de près de 150 USD le prix du baril.
A ce stade, rappelons que le prix du litre du carburant à la pompe est déterminé par plusieurs facteurs : le prix du baril de pétrole, les coûts de de transformation (raffinage), les coûts de transport pour l’acheminer vers les points de distribution, les taxes et la marge des distributeurs.
 
Guerre en Ukraine
 
Depuis février dernier, la guerre en Ukraine menée par la Russie a créé une psychose sur les marchés mondiaux. Du fait des possibles sanctions économiques dans les secteurs du gaz naturel et du pétrole russe, de grandes incertitudes planent et engendrent de la spéculation sur les marchés boursiers, voire des achats à plus long terme, ce qui implique également une pression à la hausse du prix du pétrole sur les marchés. Rappelons que la Russie détient des réserves monumentales en gaz et en pétrole, les deuxièmes mondiales en gaz et huitièmes en pétrole et fournit le monde entier. Le pays produit plus de 20% du gaz et près de 15% du pétrole planétaire.

A Saint-Martin, le pétrole provient du bassin caribéen
 
Etant pourtant positionné sur un micromarché, différent de celui de la Guadeloupe, de la Martinique et même de Saint-Barthélemy, le territoire de Saint-Martin n’échappe pas à cette flambée des prix du baril de pétrole et donc du prix du litre à la pompe. Si l’impact a été relativement minime dès le début du conflit en Ukraine, il n’est aujourd’hui plus contenu. Le pétrole raffiné qui arrive à Saint-Martin, provient principalement de Porto-Rico, de Trinidad et dans une moindre mesure de Sainte-Croix. Le prix du produit raffiné, acheté pour l’île au Texas, reste toutefois totalement dépendant du prix du baril de pétrole qui est le même pour tous et son augmentation impacte fatalement le prix du pétrole raffiné, d’où qu’il provienne.
En Guadeloupe, en Martinique et à Saint-Barthélemy, le pétrole raffiné soumis aux normes européennes, provient de la Société Anonyme de la Raffinerie aux Antilles (SARA), située en Martinique, qui fait venir son pétrole d’Algérie. Pour Saint-Martin, eu égard à sa spécificité binationale et à la concurrence directe qui découle entre le sud et le nord de l’île, une tolérance est accordée pour s’approvisionner dans le bassin caribéen en produit raffiné en provenance des Etats-Unis (Texas). Les prix à la pompe dans voisines françaises ont fait les mêmes bonds qu’en Europe et approchent les 2€ du litre. Il était de 1.88 € à Saint-Barthélemy ces derniers jours.
 
Des répercussions aussi à Saint-Martin

Contrairement à la France où le prix du carburant à la pompe est encadré par l’Etat et où les taxes qui pèsent sur le produit sont importantes, environ 50% du coût total (taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE)), ici, à Saint-Martin, le marché est libre et le prix du litre de carburant n’est frappé que par une seule taxe fixe qui revient à la Collectivité et qui est de 13 cents de dollar par litre, quel que soit le prix du litre. Cette taxe, qui n’a pas d’incidence sur la hausse du prix du litre de carburant est toutefois payable d’avance par les distributeurs, soit avant la revente. Les distributeurs locaux de la partie française ont dans un premier temps amorti cette hausse du prix du baril en minorant leurs marges. « Depuis la fin du confinement, le prix d’achat du produit raffiné a doublé. Les coûts du transport, également liés au prix du carburant augmentent également de façon drastique. Nous avons heureusement pu contenir ces augmentations pour qu’elles ne soient pas répercutées intégralement sur le prix du litre à la pompe. Mais nous ne sommes pas en mesure d’aller beaucoup plus loin, car nos coûts fixes nous imposent des seuils à ne pas franchir », nous confiait un distributeur local. A Saint-Martin, le prix du litre de carburant à la pompe est en effet passé de 1.10€ à 1.40€ environ pour le sans plomb et jusqu’à 1.60€ pour le diesel …
 
La parité euro/dollar
 
On l’aura noté également, le cours de l’Euro ne fait que chuter par rapport à celui du Dollar, pour atteindre là encore une parité record depuis longtemps, frôlant les 1 pour 1. Hier, le cours des deux monnaies annonçait 1 € pour 1.04 $.
En France et partout en Europe et dans le monde, le prix du baril est indexé au dollar. Les européens doivent donc vendre des euros pour acheter le pétrole en dollar. Or la parité euro/dollar est aujourd’hui très à la défaveur de l’euro, ce qui a également un impact sur le prix du carburant. A Saint-Martin, où le dollar circule couramment, ce facteur est de moindre importance, notamment pour les distributeurs dont les clients paient en dollar.
Quoi qu’il en soit, le prix du litre à la pompe a, à Saint-Martin aussi fait des bonds et de l’avis de tous, cette tendance n’en serait qu’à ses débuts.

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.