EDUCATION

Les écoles de Saint-Martin se sont invitées dans le mouvement de grève national

Les écoles de Saint-Martin se sont invitées dans le mouvement de grève national

31 January 2020
Hier matin, journée de grève nationale consécutive au projet de réforme des retraites, neuf écoles élémentaires sur quatorze affichaient portes cadenassées. Les directeurs de ces neuf établissements ont fait appel aux services de la police territoriale et d’un huissier pour désentraver les accès. La Collectivité a décidé de porter plainte contre ces actes illégaux.

Les quatre écoles élémentaires de Quartier d’Orléans, Clair Saint-Maximin, Jean Anselme, Eliane Clarke et Omer Arrondel arboraient chaînes et cadenas sur leur portail d’entrée. De même pour les écoles Hervé Williams, Siméonne Trott, Emile Choisy et Marie-Amélie Leydet et Evelina Halley de Marigot et Concordia. Sur les panneaux de protestations, on pouvait lire : « Professeurs et parents en grève contre la réforme des retraites, pour le bien des enfants ». Un mouvement local spontané qui a paralysé toute la vie scolaire du premier degré dans le village de Quartier d’Orléans et une partie des écoles de Marigot, alors que peu d’enseignants ont été recensés grévistes. L’inspecteur d’académie a toutefois demandé aux directeurs des écoles de faire émarger les professeurs présents. Le collège de Quartier d’Orléans ainsi que l’ensemble des autres établissements du secondaire n’ont pas suivi ce mouvement. Les agents de la police territoriale sont intervenus pour casser les chaînes et les écoles ont retrouvé leur accès libre en fin de matinée. Face à ces actes illégaux, la Collectivité a porté plainte.
 
Des conditions de travail qui exacerbent
 
Alors que traditionnellement Saint-Martin suit rarement les mouvements nationaux, il semblerait que les conditions dans lesquelles des enseignants disent travailler dans les établissements de Saint-Martin seraient de nature à exacerber les tensions locales. Le territoire national mais également la Guadeloupe et la Martinique étant sous le joug d’importantes manifestations contre la réforme des retraites, Saint-Martin souhaite également se faire entendre. Et la réforme des retraites serait peut-être aussi prétexte à manifester contre certaines lenteurs administratives du côté de la Collectivité qui empêchent de tourner rond dans les établissements scolaires.
C’était le cas dans le courant de la semaine pour des enseignants du Lycée professionnel de Marigot et du collège du Mont des Accords qui faisaient grève pour manifester leur mécontentement face à un défaut d’équipement pour travailler dans de bonnes conditions. En effet, les enseignants du lycée professionnel ont signalé depuis plusieurs semaines des dysfonctionnements : matériel informatique insuffisant et inadapté, machines-outils en panne dans les ateliers professionnels (seuls 4 machines fonctionnelles sur 19 dans l'atelier "bois", etc), pas d’équipements adaptés pour la nouvelle formation des métiers de la sécurité, etc.
Le climat de ras-le-bol national viendrait déteindre sur la communauté éducative de Saint-Martin dont les conditions de travail ne sont pas encore revenues au meilleur de leur forme, plus de deux ans après Irma.
 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.