ECONOMY

Saint-Martin : Un salarié sur deux placé en activité partielle

Saint-Martin : Un salarié sur deux placé en activité partielle

19 June 2020
A la mi-juin, 1132 entreprises saint-martinoises ont fait appel au dispositif national d’activité partielle. Cela concerne 5952 salariés, soit plus d’un tiers de la population active de l’île et plus de 50% des personnes occupant un emploi.
 
En effet, selon le rapport de l’IEDOM 2018, Saint-Martin compte environ 17750 personnes actives, parmi lesquelles 11500 exercent un emploi dans les 5187 entités recensées et 6250 autres personnes sont inscrites à Pôle Emploi. Avec 5952 salariés placés au chômage partiel, cela représente 33.62% de la population active, soit plus d’un tiers, mais aussi plus de 50% des emplois salariés de l'île. Un fait inquiétant, puisque que le taux de chômage à Saint-Martin avant la crise sanitaire liée au Covid-19, caracolait déjà à 35.2% (toujours selon le rapport de l’IDEOM 2018).
Parmi tous les salariés placés au chômage partiel, combien seront ceux qui ne pourront pas être réintégrés par leur entreprise et viendront gonfler le nombre des demandeurs d’emploi ?
Une question à laquelle personne pour l’heure n’a encore de réponse, mais au vu de la crise économique qui s’annonce et de la fin de la prise en charge complète du chômage partiel par le gouvernement depuis le 1er juin dernier, exception faite pour les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et de la culture (lire par ailleurs), il semblerait que les situations pour les entreprises et leurs salariés risquent de se compliquer. La prise en charge du chômage partiel par l’Etat est en effet passé de 100% à 85% ; les entreprises n’étant plus remboursées que de 60% du salaire brut du salarié, au lieu de 70% pour les 3 mois précédents (mars, avril et mai). Et si le gouvernement assure que cet allégement de la part de l’Etat ne viendra pas impacter la rémunération des salariés qui continueront à percevoir 84% de leur salaire net, c’est bien à l’entreprise que reviendra de combler la différence. Et ces dernières seront-elles en mesure de le faire ?
A noter que dans le top 3 des activités les plus demandeuses du dispositif, on a en premier lieu les activités de l’hébergement et de la restauration (35% des effectifs indemnisés),puis le secteur du commerce (17%) et enfin le secteur de la construction (13%). 
 
Pour les secteurs de l’hôtellerie, restauration, cafés, tourisme, événementiel, sport, culture : les mesures spécifiques
Activité partielle :
La prise en charge à 100% reste effective jusqu’en septembre. Les entreprises de ce secteur ainsi que les artistes et auteurs peuvent également bénéficier du fonds de solidarité jusqu’en fin d’année 2020 et le dispositif s’est élargi à compter du 1er juin comme suit : seront éligibles les entreprises de ces secteurs ayant jusqu’à 20 salariés (contre 10 salariés actuellement) et réalisant un chiffre d’affaires allant jusqu’à 2 millions d’euros (au lieu de 1 million d’euros actuellement). Pour les entreprises de ces activités, les aides versées dans le cadre du deuxième volet du fonds peuvent aller jusqu’à 10 000 euros. Ce volet sera accessible sans condition de refus d’un prêt bancaire. Pour mémoire, pour les autres entreprises, le fonds de solidarité s’arrête au 31 mai.
Exonérations de cotisations sociales :
Les TPE (moins de 10 salariés) et les PME (moins de 250 salariés) relevant de ces secteurs bénéficieront d’une exonération de cotisations patronales acquittées ou reportées durant les mois de mars à juin 2020 (au titre des périodes d’emploi de février à mai). En outre, une aide au paiement des cotisations et contributions sociales égale à 20 % de la masse salariale bénéficiant de l’exonération sera mise en place.
Les travailleurs indépendants et non-salariés agricoles appartenant à ces secteurs d’activité pourront bénéficier d’une réduction forfaitaire de cotisations égale à l’équivalent de 4 mois des cotisations dues en moyenne dans ces secteurs en 2019. Les micro-entrepreneurs bénéficieront d’une exonération des cotisations dues au titre mois d’activité compris entre février et mai ou juin.
Les artistes-auteurs auront droit à une réduction forfaitaire de cotisations sociales d’un montant variable calculée en fonction de leurs revenus 2019.
 
 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.