EDUCATION

La reconstruction et l’avancement des travaux relèvent de la Collectivité

La reconstruction et l’avancement des travaux relèvent de la Collectivité

21 septembre 2018

Après son entretien avec les représentants de la Fondation de France et la visite des nouvelles salles informatiques, le recteur de l’Académie de la Guadeloupe, Mostafa Fourar, a répondu aux questions de la presse concernant la rentrée scolaire.

« Reporter la rentrée après la rentrée, moi je ne sais même pas ce que ça veut dire ! La rentrée a eu lieu ! Dans des conditions difficiles, mais quand on compare la situation aujourd’hui par rapport à l’après-Irma, il y a des améliorations qui ont été apportées », précise d’entrée le recteur. Et s’il y a des retards, la Collectivité les a assumés, « puisque le président de la Collectivité a rencontré les chefs d’établissements, les directeurs d’écoles, et il a expliqué les retards ».
Mostafa Fourar assure avoir expliqué aux représentants des Collectifs qui l’ont interpellé « qu’il n’était pas souhaitable de démarrer l’année scolaire avec des fermetures d’écoles, alors qu’il y a, sur 14 écoles, 12 qui sont en capacité de recevoir les élèves ». Au lycée professionnel, « il y a des travaux qui vont prendre du temps », ainsi qu’à la Cité scolaire où « malheureusement, nous n’avons pas reçu les Algécos qui avaient été commandés » et « si on les avait reçus à temps, ça aurait été un peu plus confortable comme rentrée ». 
Le Collectif désirait un calendrier concernant les travaux et ne pas travailler avec des nuisances, « le Collectif a été reçu à la préfecture en présence de 4 vice-présidents de la Com, donc ils ont bien compris que la problématique de la reconstruction et l’avancement des travaux relevaient de la Collectivité. Il ne m’appartient pas de répondre à la place de la Collectivité en termes de calendrier (…) Je fais confiance à la Collectivité pour fournir une réponse adéquate ».

UN NOMBRE D’ÉLÈVES EN NETTE AUGMENTATION

Le recteur a reçu mercredi, en début d’après-midi, la Fédération des représentants de parents d’élèves et le Collectif, « nous avons regardé de près la situation. Aucune fermeture de classe, tout simplement parce que les effectifs qu’on a eus au départ, au mois de juin, ont évolué. 
On a eu une augmentation des effectifs d’élèves par rapport à ce qui était prévu, donc il fallait mobiliser les équipes pédagogiques et les services du rectorat pour assurer une rentrée sans fermeture de classes ».
Concernant le premier degré, il y a plus de 150 élèves que ce qui était prévu, et, dans le second degré, l’effectif d’élèves est de l’ordre de 84 %, alors qu’il était envisagé 90 %, mais « on les aura puisqu’on est encore en train d’inscrire des élèves ».
Le remplacement d’enseignants est sur le point d’être résolu par les services du rectorat, avec le recrutement de contractuels, et « ce sont des locaux qui sont ciblés pour ce recrutement », assure le recteur Mostafa Fourar. Tout en assurant qu’il y a plus de titulaires pour cette rentrée que l’année dernière, « ça veut dire que malgré le cyclone Irma, la volonté d’un certain nombre d’enseignants pour venir à Saint-Martin est forte, et c’est plutôt rassurant ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.