SOCIETE

De gauche à droite, le capitaine Lecointre du détachement de la section de recherche de Saint-Martin, le lieutenant-colonel Wintzer de la gendarmerie de Saint-Martin, Xavier Sicot procureur de Basse-Terre et Christelle Bellet vice-procureur de Saint-Martin.
De gauche à droite, le capitaine Lecointre du détachement de la section de recherche de Saint-Martin, le lieutenant-colonel Wintzer de la gendarmerie de Saint-Martin, Xavier Sicot procureur de Basse-Terre et Christelle Bellet vice-procureur de Saint-Martin.

33 vols à main armée depuis le début de l’année ; 12 individus interpellés

23 septembre 2022
Au 15 septembre, la partie nord de l’île déplore depuis le début de cette année quelque 33 faits de vols à main armée, dont 16 perpétrés sur le seul mois d’août. Des chiffres suffisamment éloquents pour que le procureur de Basse-Terre, Xavier Sicot, se rende à Saint-Martin pour rendre compte à la presse des moyens mis en œuvre sur le territoire par les forces de l’ordre pour tenter d’inverser cette tendance.
Un fait est à Saint-Martin, le public est rarement informé des suites données aux faits divers, dont les vols à main armée. Et pour cause, dans la majeure partie des cas, les affaires sont traitées en Guadeloupe et le pont de communication entre cette dernière et notre territoire est difficile à franchir… Pour autant, le procureur de Basse-Terre nous l’a assuré en ce début de semaine lors de sa visite sur l’île, les moyens humains et matériels ont été mis en œuvre afin d’y apporter une réponse ferme. « De nombreux braquages à main armée ont été commis depuis janvier, 33 au total, avec une augmentation quasi-exponentielle depuis le mois de mai. Ces faits de nature criminelle impliquent un sentiment d’insécurité prégnant et inacceptable et des préjudices importants, psychologiques, économiques. Les délinquants doivent savoir que les enquêtes mènent à des résultats et que les peines tombent ensuite. Il n’y a pas d’impunité. Et les peines prononcées sont lourdes, pouvant aller jusqu’à 20 ans de réclusion », explique le procureur Sicot qui donne pour exemple un jeune individu récemment condamné à 5 années d’emprisonnement pour des faits de vols et de violence avec arme.
 
19 faits résolus ; 10 individus incarcérés
 
« Les 16 agents qui composent le détachement de la section de recherche à Saint-Martin ont été occupés à plein temps sur ces dossiers, avec un important travail réalisé par les techniciens sur les scènes de crime », confirme le capitaine Lecointre. « Nous avons travaillé de concert avec la brigade de Guadeloupe et la Territoriale et tous les soirs, 30 gendarmes en uniforme et en tenue civile ont été déployés sur le terrain, permettant le 22 août l’interpellation en flagrant délit de l’un des auteurs d’un braquage d’un restaurant de la Baie Nettlé. Nous avons pu débobiner le fil et cela nous a conduit à d’autres interpellations », a précisé le lieutenant-colonel Wintzer de la gendarmerie. « Ainsi, sur les 33 faits cumulés depuis ce début de l’année, 14 faits ont été résolus et ont conduit à l’interpellation de 12 individus, dont 10 ont été placés en détention, y-compris ceux pour qui c’était leur premier délit. Egalement interpellé, un mineur a été placé en centre éducatif fermé », a affirmé le procureur Sicot. Des individus, pour la majorité, originaires de la partie française de l’île.
 
10 fois plus de faits que la moyenne nationale
 
Des interpellations en cascade conjuguées à ces mois de basse saison qui ont eu pour effet de créer une certaine accalmie depuis le début du mois de septembre où aucun délit de ce type n'a été recensé. Pour autant, les chiffres sont préoccupants puisque 33 faits perpétrés sur notre territoire est un nombre 10 fois supérieur à la moyenne nationale sur des territoires à échelle équivalente. Par ailleurs, à Saint-Martin, ces faits sont quasi à chaque fois commis avec une arme à feu chargée, ce qui n’est pas toujours le cas dans l’Hexagone… Des chiffres qui sont toutefois à relativiser avec ceux constatés en 2010, année noire, où 90 vols à main armée avaient été constatés.
 
Prévenir plutôt que guérir
 
Face notamment au défaut de système de vidéo-protection sur le domaine public, les forces de l’ordre réitèrent leurs recommandations auprès des commerçants, restaurants, tous des lieux vulnérables, de renforcer les systèmes de protection et de vidéo-surveillance. « Le défaut de caméras dans les lieux publics constitue un frein à nos actions ; ce sont 166 paires d’yeux en moins ! », justifie le lieutenant-colonel Wintzer qui invite les commerçants et restaurants à se mettre en rapport avec le référent sûreté de la gendarmerie pour être accompagnés dans leur démarche de sécurisation de leurs commerces.
 
Fusillade de Quartier d’Orléans : un individu placé en garde à vue
Pour raison d’enquête en cours, aucune information n’a pour l’heure filtré s’agissant de la fusillade qui a eu lieu lundi après-midi dernier, à Quartier d’Orléans, faisant une victime tuée par balle, un homme âgé de 26 ans. Le procureur Xavier Sicot a toutefois consenti à indiquer qu’un individu avait été interpellé et placé en garde à vue et qu’une procédure pour chef d’homicide était diligentée. L’enquête a été confiée au pôle criminelle de la Guadeloupe.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.