Accueil

Le 1er musée du carnaval Caribéen vient d’ouvrir ses portes à Maho

Le 1er musée du carnaval Caribéen vient d’ouvrir ses portes à Maho

09 February 2024

Si la saison du carnaval a bel et bien commencé, l’histoire de cette tradition caribéenne est finalement peu connue. D’où vient-elle et que célèbre-t-elle réellement ? Réponse avec Gérald Hart, designer de costumes pour Miss Univers, Jay Z ou Beyonce, et baigné dans l’héritage carnavalesque depuis trois générations.

DES ORIGINES HISTORIQUES MAL CONNUES

Apogée festive par excellence, le carnaval caribéen est le fruit de traditions culturelles diverses et ne se limite pas aux seuls défilés en costumes ornés de plumes. C’est ce qu’a voulu mettre en lumière Gérald Hart, Trinidadien de 58 ans et résident sur l’île. Depuis son plus jeune âge, celui dont la famille a influencé l’essor de la culture carnavalesque dans la région sur trois générations, griffonne, conçoit, et dessine des costumes de tous les styles, du plus sobre aux plus affriolants. Même si au départ, strings et bikinis étaient absents des défilés. Sa mère est la première femme à s’être lancée dans la confection de costumes, puis à s’être écartée des thèmes historiques et bibliques pour induire de la fantaisie. Son fils ira plus loin en faisant du look sexy sa signature :«Beaucoup pensent que le carnaval est né aux Caraïbes, énonce-t-il. En fait, on retrouve des traces en l’Égypte et à l’époque romaine, et on pense que ce sont les Français qui l’ont importé dans la région autour du XVIIème siècle».

DES COLONS TOURNÉS EN DÉRISION

Pour les esclaves venus d’Afrique qui voyaient leurs maîtres partir aux bals masqués, il s’agissait d’abord de se moquer de leurs accoutrements et perruques jugées pompeuses et grotesques, et qu’ils n’hésitaient pas à parodier lorsqu’ils se retrouvaient seuls entre eux.

Après leur émancipation, ces derniers vont entretenir la tradition lors de processions où ils se recouvraient entièrement de mélasse, en mémoire à la torture infligée à certains d’entre eux au sein des plantations de sucre, jetés vivants dans des fûts de mélasse noire et bouillante: «Ils en ressortaient calcinés, et ça a donné naissance à un des personnages importants du carnaval comme Jab Molassie, qui selon la légende devait être la première personne que les colons verraient une fois arrivés en enfer. D’autres personnages comme le «Blue devil» ou «Baby doll» sont apparus ensuite. Tout cela peut surprendre à Saint-Martin où la place de la religion est très importante. Mais Trinidad a 250 ans de tradition carnavalesque derrière elle, et la place du carnaval est entièrement liée à celle de l’histoire. A Saint-Martin où le carnaval remonte à près de 50 ans, c’est différent. Dans un musée dédié à cette culture caribéenne largement influencée par Trinidad, c’était important de le souligner». Jouvert par exemple qui sera célébré dès 5h du matin demain dans les rues de Marigot a vu le jour en 1783 à Trinidad and Tobago après l’émancipation des esclaves.

En résumé, si l’heure est plus désormais aux célébrations festives, y compris à Trinidad, au départ, le carnaval est davantage une contre-culture, voire une forme de résistance politique.

DESIGNER INTERNATIONAL

Après avoir confectionné des costumes toute sa vie, Gérald est aujourd’hui largement connu à l’international, même s’il n’aime pas être ramené à ses apparitions à la télé américaine ou à sa collaboration avec Jay-Z et Beyoncé. L’ancien propriétaire du «We lounge» à Maho n’aspire pas à la célébrité, et souhaite simplement perpétuer une histoire familiale et artistique riche. Pour l’instant, l’homme assure les tours guidés luimême en anglais, et propose des ateliers de confections avec ornements pour toute la famille.

«We Culture Caribbean experience» propose une plongée dans l’histoire, la musique, l’art et toute l’histoire du carnaval dans la région. Horaires : du lundi au samedi de 10h à 16h. Tarif : 25€ pour les résidents, et 15€ pour les étudiants. Plus d’informations : + 1721 586 3534.  

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.