VIE LOCALE

Tirer les leçons d’Irma

Tirer les leçons d’Irma

08 juin 2018

La saison cyclonique a officiellement débuté depuis une semaine. Les autorités locales, Etat et Collectivité, travaillent main dans la main pour préparer au mieux le territoire dans le cas de l’arrivée d’un nouvel événement cyclonique. Et surtout se servir du retour d’expérience de l’Irma pour que les mêmes circonstances ne se reproduisent pas.

Une conférence de presse conjointe était tenue mardi dans les locaux de la Préfecture, réunissant la Préfète, Anne Laubies, le Président Daniel Gibbs, le Colonel de gendarmerie Sébastien Manzoni, le Commandant de la Police aux Frontières, le Commandant des Pompiers, la Police territoriale…
Et en visio-conférence, le responsable de Météo France Guadeloupe, M. Jimonet. Tous, chacun dans leur domaine, ont travaillé à une réorganisation en profondeur des méthodes de gestion d’une crise et ont procédé à une mise en commun de ces méthodes pour parvenir à une préparation d’ensemble la plus optimale possible.  En effet, face à la violence de l’ouragan Irma qui a laissé des traces pour l’heure toujours bien présentes, ainsi que des traumatismes dans la population, les autorités locales, Etat et Collectivité, sont main dans la main pour anticiper au mieux l’éventualité d’un nouveau phénomène cyclonique et une meilleure gestion de la crise.

LE NETTOYAGE DE L’ÎLE : LA CAMPAGNE EST PROLONGÉE JUSQU’AU 15 JUILLET

Et en premier chef, le nettoyage du territoire en profondeur est essentiel pour qu’en cas de vents anormalement élevés, tout ce qui pourrait devenir projectile soit retiré. A ce sujet, la Collectivité qui a initié une grande campagne de nettoyage depuis le 15 mai dernier, a prolongé d’un mois le dispositif. La population a donc jusqu’au 15 juillet prochain pour profiter des facilités qui lui sont offertes, les 29 bennes mises à disposition sur tout le territoire et l'accès gratuit à l’écosite. Le Président Gibbs n’exclut pas d’avoir recours à des procédures de répression si certaines règles n’étaient pas respectées. Les nettoyages des ravines sont en cours également.

PRIORITÉ AUX MOYENS DE COMMUNICATION

Pour en aucun cas se retrouver dans une situation similaire à celle vécue après le 6 septembre, avec tous les moyens de communication altérés, y-compris entre les forces de l’ordre et les autorités, de nouveaux systèmes de communication sont prévus. La Collectivité a annoncé la mise en place d’un nouveau système d’alerte par SMS qui sera opérationnel dès le mois de juillet pour prévenir au plus vite les abonnés des opérateurs mobiles en cas de crise. Il suffira juste de remplir un formulaire sur le site Internet de la Collectivité pour figurer dans la liste des destinataires de ces SMS d’alerte.
Ce système vient en complément des moyens de communication déjà existants (facebook, twitter, site internet de la préfecture et de la Collectivité). Afin de maintenir le lien d’alerte et d’information, la Préfecture met en place une fréquence radio d’urgence qui pourra être activée après un événement majeur et en cas de coupure de l’ensemble des réseaux, comme ce fut le cas après Irma. Pour la saison cyclonique 2018, il s’agira de la fréquence 91.1 FM opérée par des moyens matériels qui seront installés au COD. Enfin, afin d’optimiser la communication entre les autorités, un rapprochement se fera entre les centres de décisions en temps de crise. Un COD commun à la Préfecture et la Collectivité a été sélectionné et sera préparé dans les prochaines semaines pour coordonner au mieux les réponses de l’Etat et de la Collectivité.

9 ABRIS POUVANT HÉBERGER 1700 PERSONNES

Outre le triplement de la capacité d’accueil des abris cycloniques, passant de 500 à 1700 places, ces abris ont été au maximum sécurisés et équipés de groupes électrogènes ainsi que de citernes. De même, des lits de camp sont prévus ainsi que des provisions de premières nécessités. 
Le Président Gibbs rappelait à la population de se conformer impérativement aux recommandations qui seraient données par les autorités. « Quand les autorités demandent d’évacuer des sites, il faut suivre ces recommandations, il en va de la vie des populations ».

EN CAS D’ÉVÉNEMENT MAJEUR 6 POINTS DE CONTRÔLES ROUTIERS

Du côté de la gendarmerie, le Colonel Manzoni informait que les priorités sont de l’ordre de trois : viabiliser les axes, prévenir les méfaits et protéger la population et les commerces. Pour ce faire, une procédure de mise en place de six points de contrôle sur le territoire serait immédiatement opérationnelle en cas d’événement majeur. 
Des points de contrôle qui auront pour effet de limiter la circulation sur les routes qui empêche un retour plus rapide à la normale, mais également permettront de prévenir les pillages. A noter que ces points de contrôles ne sont pas positionnés aux frontières. Le Colonel rappelait qu’en période « grise », seuls les services de sécurité et de secours peuvent circuler sur les routes. 
La préfète Anne Laubies informait enfin d’un travail à effectuer avec les autorités de la partie hollandaise pour une harmonisation des procédures de gestion de crise permettant d’accéder à une cohérence d’ensemble sur le territoire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.