VIE LOCALE

(de gauche à droite) Le Dr Robin Ohannessian,  du cabinet d'étude Télémédecine 360, le Dr Laurent Barbiot  et le directeur de l'Hôpital Francisco Moreno.
(de gauche à droite) Le Dr Robin Ohannessian, du cabinet d'étude Télémédecine 360, le Dr Laurent Barbiot et le directeur de l'Hôpital Francisco Moreno.

L’Hôpital se met à l’heure de la Télémédecine : une véritable offre de soins supplémentaire

23 octobre 2018
Depuis février dernier, le Centre hospitalier Louis Constant Fleming propose à la population de Saint-Martin, une activité à part entière de télémédecine. Pour l’heure, ce sont des consultations en neurologie qui ont lieu tous les jeudis, ainsi que des consultations entre médecins et spécialistes pour des réunions d’expertise.
 
La télémédecine est un acte médical à distance entre un patient et un spécialiste, qui utilise les technologies de l’information et de la communication. En clair, le patient, assisté de personnels soignants, bénéficie d’une consultation médicale avec un médecin spécialiste, à distance. Une nouvelle offre de soins qui se met en place au Centre hospitalier de Marigot et dont le médecin urgentiste Laurent Barbiot a joué un rôle majeur quant au développement de cette télémédecine et en est aujourd’hui le référent. « La télémédecine est en fait rentrée par la porte des urgences depuis les années 2010/2012 : nous avons fait appel à cette nouvelle technologie dans le cadre des accidents vasculaires cérébraux (AVC), pour leur prise en charge rapide, efficace et sécurisée. En tant que médecin urgentiste, j’ai été confronté à cette nouvelle offre de soins et j’y ai rapidement vu les avantages que cela pouvait procurer à Saint-Martin. Notre système insulaire a des contraintes et la télémédecine permet de rapprocher des spécialisations médicales des patients », nous indique-t-il.
 
Des consultations en neurologie les jeudis

Pour l’heure, ce sont des consultations en neurologie qui se déroulent chaque jeudi au C.H de Saint-Martin. Chaque consultation d’une durée moyenne de 45 minutes est vécue de façon intense, tant par le patient que par le praticien : « ces consultations, basées sur le volontariat, ont une motivation augmentée de part et d’autre », continue le Dr Barbiot. Une télémédecine est par ailleurs utilisée de plus en plus dans le cadre d’expertises médicales, et procure ici aussi un très grand avantage : « celui de pouvoir discuter des diagnostics et confronter les avis des spécialistes », confie également le Directeur de l’hôpital, Francisco Moreno.
 
Un audit en cours pour le développement de la pratique
 
Face aux avantages avérés du développement de cette télémédecine qui en est encore à ses prémices ici à Saint-Martin, la direction de l’hôpital a fait appel à un cabinet indépendant, « Télémédecine 360 », pour réaliser un audit qui permettra de mieux organiser cette filière à l’avenir, « voir ce qui fonctionne, ce qui est à améliorer et les sources de financement possibles », indiquait le Dr Robin Ohannessian, qui était sur l’île toute la semaine dernière pour mener cette étude. « Tout ne fait que commencer, mais si nous arrivons à structurer pleinement cette nouvelle filière, ce sera une véritable révolution pour une offre complémentaire de soins à proposer aux îliens », concluaient les médecins et le directeur de l’hôpital.
Et en effet, dans un système insulaire tel que le nôtre, il n’est pas possible de réunir toutes les compétences médicales en un même lieu. La télémédecine permet de pallier cette carence, tout en étant accompagné au plus près par les personnels soignants du centre hospitalier.
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.