VIE LOCALE

Débrayage à la CTOS : les agents en colère !

Débrayage à la CTOS : les agents en colère !

03 décembre 2018
Vendredi dernier, les agents de la CTOS faisaient un sitting devant l’entrée de la cuisine centrale, dont l’entrée par le portail avait été préalablement bloquée. Ils dénoncent des irrégularités dans la gestion des contrats de travail ainsi que la rupture irrégulière des contrats de certains des collaborateurs.

Ils sont en colère ! Les agents de la Caisse Territoriale des Œuvres Sociales (CTOS), assistés du syndicat UTC-UGTG section Saint-Martin, bloquaient vendredi matin l’accès à la Cuisine Centrale. Une journée de débrayage pour les agents qui soutiennent 16 collaborateurs qui se sont vu signifier la fin de leur contrat de travail. Or, selon les porte-paroles du mouvement, Marc Saint-Hilaire, Alex Benoni tous deux venus spécialement de Guadeloupe pour défendre les collègues, et Nicole Javois, agent de la CTOS, ce sont des recrutements de personnels qui auraient été effectués pour certains en 2015 et pour d’autres en 2017, ces dernier réalisés par l'ancienne  présidente de la Caisse, Maud Ascent-Gibbs. Un protocole d’accord aurait été signé en juillet 2018 avec le Président Gibbs pour que soient pris des arrêts de nomination. Ce sont 70 contrats au total qui seraient devenus tacitement des CDI, puisqu’aucun d’entre eux n’auraient été formalisés par des contrats signés entre les parties. Ils ont pourtant été rémunérés normalement, donc bien enregistrés dans les tuyaux de l’administration comme étant de nouvelles recrues. « Ces  agents occupent des emplois permanents et travaillent quotidiennement dans les cantines ou bien en périscolaire ! », s’exclame Marc Saint-Hilaire, du syndicat UTC-UGTG. 

EN ATTENTE DES ARRÊTÉS DE NOMINATIONS

Or, à défaut d’arrêtés de nominations, la nouvelle présidente de la CTOS, l’élue territoriale Pascale Alix Laborde, aurait adressé un courrier par huissier à 16 d’entre eux, leur notifiant la fin de leur contrat au 1er décembre de cette année. Les délégués syndicaux précisaient par ailleurs que certains d'entre eux seraient sur des listes pour les prochaines élections syndicales prévues le 6 décembre… 
Le président Gibbs est venu à la rencontre des agents, vendredi matin, pour entendre les revendications. Une rencontre un peu tendue, mais qui s’est toutefois déroulée dans le calme, selon les gendarmes présents sur le site. Les agents de la CTOS sont restés mobilisés jusqu’à 17 heures, cette journée de vendredi, dans l’attente des arrêtés de nominations. 

IMPORTANTES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES

Pour mémoire, le Président Gibbs avait annoncé en dernier Conseil territorial du 14 novembre, « que la CTOS était en souffrance et qu’un changement de cap était nécessaire », rappelant que son budget de 12 M€ est principalement financé par la Collectivité et que la Caisse emploie 280 agents dont un seul cadre A et un seul cadre B pour encadrer le personnel, et subit d’importantes difficultés financières. Suivant également les recommandations faites récem- ment par la Chambre Territoriale des Comptes, le Président avait alors indiqué qu’une réorganisation était nécessaire avec un changement de gouvernance. 
Du fait de ce débrayage dans la journée de vendredi, les repas scolaires n’ont pas été distribués et les écoles ont appelé les parents pour qu’ils viennent chercher leurs enfants. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.