VIE LOCALE

Attaque d'un requin : Un groupe de suivi scientifique s’est constitué

Attaque d'un requin : Un groupe de suivi scientifique s’est constitué

15 décembre 2020
L’autopsie réalisée sur le corps de la jeune femme décédée jeudi dernier, alors qu’elle nageait à 150 mètres environ du rivage de la Baie Orientale, a confirmé que ce décès est bien dû à l’attaque d’un requin tigre. Dès lors, outre l’interdiction de baignade et d’activités nautiques dans les eaux territoriales de Saint-Martin prolongée pour l’heure jusqu’à demain soir, un groupe de suivi scientifique a été constitué afin de mieux comprendre les circonstances de ce drame.
 
Le corps de la jeune femme de 38 ans présentait de multiples morsures, aux membres inférieurs et supérieurs et dans le dos, et l’autopsie a également confirmé que « la victime aurait été attaquée alors qu’elle était encore vivante. Des conclusions qui restaient encore à confirmer, mais une thèse quasi-sûre à 95% », indiquait vendredi soir le commandant de gendarmerie Stephan Basso. Ce serait un spécimen d’une « taille significative », complétait le secrétaire général de la préfecture, Mickael Doré, probablement entre 3 et 4 mètres. Toutefois, au regard de cette situation qui reste exceptionnelle, puisque de mémoire de longue date, c’est la première fois qu’un tel drame se joue dans les eaux des Antilles françaises, la situation reste méconnue dans le secteur et à fortiori à Saint-Martin. En conséquence, un groupe de suivi scientifique s’est constitué et travaille depuis hier pour mieux comprendre le comportement de l'animal dans nos eaux et apporter des réponses pertinentes, au regard de la protection des populations dans un territoire exclusivement à vocation touristique. Des attaches vont être prises auprès de scientifiques présents dans d’autres territoires français beaucoup plus au fait de ces attaques de prédateurs marins, La Réunion, Polynésie française, etc… Des premiers éléments de réponses devraient être apportés demain, mercredi 16, et les mesures à prendre qui en découleront seront communiquées ce même jour.
 
Un accident qui reste exceptionnel
 
« Les requins sont présents depuis tout temps dans les eaux qui nous entourent ; il y a des espèces plus agressives que d’autres. Nous faisons un suivi régulier des requins depuis 2011 dans les eaux marines de la Réserve et de la Baie Orientale », explique Nicolas Maslach de la Réserve Naturelle de Saint-Martin. « Le requin est un prédateur, le plus grand des prédateurs marins et c’est aussi un charognard. Il n’est pas rare de retrouver des tortues mortes mutilées par des morsures de requins, après qu’elles aient été blessées par une hélice de bateau, par exemple », continue-t-il. Le directeur de la Réserve pointe également du doigt la pêche côtière réalisée par des non-professionnels, interdite dans la Réserve marine, qui peut attirer les requins par les appâts jetés en mer et en même temps créer une modification du comportement naturel de l’animal par ces gestes de nourrissages.
 
Eviter la baignade dans les eaux troubles
 
Avant d’avoir des réponses plus formelles, les autorités et le directeur de la Réserve déconseillent vivement de se baigner dans des eaux troublées, soit par de fortes pluies, soir par une mer agitée, car si les baigneurs ne voient pas ce qui les entoure, le requin a également la vision troublée et peut donc confondre sa proie avec une autre. Le même conseil est donné par rapport aux heures de baignade, où il est préférable d’éviter la tombée de la nuit.
Certes, le drame de jeudi dernier qui a coûté la vie à cette jeune femme s’est déroulé en début d’après-midi, mais cette journée-là, les eaux de la Baie Orientale étaient très troublées, du fait des derniers épisodes de fortes pluies.
La vice-présidente Valérie Damaseau nous indiquait vendredi qu’un dispositif de surveillance des plages les plus fréquentées était à l’étude pour une mise en œuvre rapide. De même, et alors que les autorités de la partie hollandaise n’ont encore pris aucune mesure consécutive à cet accident qui s’est déroulé en partie française, l’élue nous indiquait que des réunions à ce sujet était prévues pour ce début de semaine.
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.