VIE LOCALE

Aider les enfants de Sandy Ground à partir au ski pour la 1ère fois

Aider les enfants de Sandy Ground à partir au ski pour la 1ère fois

07 février 2019
Les Pupilles de l’Enseignement Public (PEP) se mobilisent et ont organisé une cagnotte en ligne afin de récolter des fonds qui permettront à 24 élèves du quartier de Sandy Ground de partir à la découverte des joies de la montagne. Si le budget n’est pas encore bouclé, le projet est déjà monté et le départ des enfants est prévu pour le 12 mars prochain.

Une belle opération de solidarité montée par la Fédération Générale des Pupilles de l’Education Publique (FGEP) et l’association Solidarité Guadeloupéenne en Mouvement, dont  Martine Salome, membre du Conseil d’administration de la première et président de la seconde, est à l’origine. « Plus d’un an après Irma, l’île est toujours en reconstruction et le quartier de Sandy Ground, classé en REP+, reste l’un des plus démunis. Nous souhaitons organiser ce séjour pour que ces enfants s’évadent de leur quotidien et puissent pour la première fois participer à un séjour pédagogique de type « classe découverte », indique-t-elle, en précisant qu'avec l’ouverture de cette cagnotte en ligne, « La générosité des contributeurs permettra d’abord d’assurer le financement du vol et du séjour puis d’établir une continuité dans le soutien des politiques éducatives locales via la redistribution des dons restants à l’association Solidarité Guadeloupéenne en Mouvement ». 
24 élèves de six classes de CM1 et CM2 qui seront accompagnés de 4 enseignants, ont été sélectionnés. « Ce ne sont pas forcément ceux qui ont les meilleurs résultats scolaires, mais ceux qui sont le plus volontaires. Et tous n’ont encore jamais voyagé », rajoute Martine Salomé, précisant toutefois que ces enfants doivent être en possession de leurs papiers. 

UN SÉJOUR EN 2 TEMPS

Le séjour se déroulera du 12 au 24 mars comprenant six jours plein dans la station des Alpes du Collet d’Allevard (Isère) pour découvrir la montagne et ses joies, et aussi rencontrer des élèves des écoles locales. « Le rêve de n’importe quel enfant antillais, c’est de voir la neige... », continue Martine Salome. Puis les enfants se rendront trois jours à Paris pour une visite de la capitale.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.