TOURISME

Une nouvelle saison touristique qui semble définitivement compromise

Une nouvelle saison touristique qui semble définitivement compromise

03 novembre 2020
Après le soulagement provoqué par la décision d’un non-reconfinement (pour l’heure) pour les Outre-mer, à l’exception de la Martinique, c’est encore une aggravation de l’inquiétude du secteur touristique qui se profile désormais à l’horizon.
 
En effet, le reconfinement dans la France hexagonale mais aussi dans la plupart des pays européens rend à néant tout espoir de voir revenir des touristes sur nos territoires d’ici plusieurs mois.
Pourtant, dès la fin de l’été, des campagnes promotionnelles des Outre-mer s’affichaient dans le vieux continent, la dernière en date, celle de l’Office de tourisme de Saint-Martin visible sur les bus et les abris-bus parisiens, « Saint-Martin s'affiche en grand à Paris ! », qui s’est achevée dimanche dernier. La niche des Outre-mer français pour aller décompresser quelque temps était apparue évidente, présentant une certaine sécurité sanitaire et une diminution de la complexité des rapatriements, en cas de pépin. Les compagnies aériennes s’étaient engagées à jouer le jeu, promettant les remboursements ou le versement d’avoirs en cas d’annulation, et intégrant une assurance Covid-19 dans le prix des billets. Restait le test PCR à 72 heures, comme seule obligation pour se rendre dans les Outre-mer français, et à 120 heures en atterrissant à l’aéroport Juliana de Sint Maarten. La décision de reconfiner est venue mettre à mal ce dernier espoir, et force aujourd’hui est de se rendre à l'évidence : la prochaine saison touristique semble une nouvelle fois compromise…
 
Pas d’américains, pas d’européens, pas de régionaux…
 
Côté touristes américains, la principale clientèle de l’île, tant qu’un cadre légal et ferme ne sera pas mis en place par les autorités sanitaires des deux parties de l’île et que la France n’aura pas rouvert ses frontières aux pays extérieurs à l’Europe, ils ne pourront être accueillis en partie française de Saint-Martin. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs les campagnes promotionnelles se sont tournées vers la France et l’Europe.
Depuis déjà le mois de septembre, les motifs impérieux pour voyager depuis et vers les îles françaises de la Caraïbe ont été remis en vigueur. Donc pas de tourisme régional.
Les reconfinements de la France et de la plupart des pays européens impliquent maintenant que les ressortissants de ces pays ne peuvent plus sortir de chez eux sauf pour les raisons essentielles, et dans un rayon de 1 km seulement. Seuls ceux qui présenteront des motifs impérieux, professionnels familiaux ou de santé pourraient éventuellement se rendre dans nos territoires. Autant dire pas de touristes français ni européens non plus !
Et quant au terme de cette nouvelle période de confinement, beaucoup d’incertitudes planent toujours, et les bruits de couloirs qui restent à vérifier évoquent le mois de février avec une trêve pour les fêtes de fin d’année.
 
Et pas de croisiéristes non plus avant 2021
 
Quant au secteur de la croisière qui est à l’arrêt depuis le mois de mars dernier, il n'envisage pas de reprises avant 2021. Avec cette seconde vague de Covid qui sévit en Europe et la situation sanitaire et politique aux Etats-Unis, la croisière devient très compliquée et n’amuse plus personne ! Les ports français qui ont rouvert n’autorisent que les bateaux justifiant d’un parcours avec des escales uniquement dans les eaux françaises. Impossible pour les Iles du Nord dont les principaux opérateurs de croisières proviennent des Etats-Unis. Le Centre de contrôle et de prévention des épidémies aux Etats-Unis (Center for Disease Control and Prevention, CDCP) envisage de toute façon de prolonger l’ordre donné à tous les bateaux de rester à quai jusqu’en février 2021, une mesure qui devait être levée au 31 octobre. Et avant toute reprise, les navires devront avoir effectué des « croisières tests » avec les nouveaux protocoles sanitaires en vigueur. La prochaine saison touristique s’annonce donc très très compliquée pour notre petit territoire qui ne vit que du tourisme… 
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.