TOURISME

Chefs à la rescousse

Chefs à la rescousse

17 janvier 2019
Saint-Martin est une destination que les chefs étoilés apprécient tout particulièrement, et, aujourd’hui ils le prouvent en contribuant à la reconstruction de l’île. Durant un an, à l’initiative de Gilles Goujon, le chef étoilé du restaurant L'Auberge du Vieux Puits à Fontjoncouse, ils se sont mobilisés et ont organisé plusieurs dîners de bienfaisances dans leurs restaurants respectifs.

Dès le 11 septembre 2017, Gilles Goujon lançait un appel par voie de presse pour mobiliser les chefs français avec pour seul objectif, au lendemain d’Irma, de récolter un maximum de fonds. 
Dès le mois de novembre le premier dîner, à 500 € par personne, était organisé. Le dernier a eu lieu le 15 octobre 2018. Aujourd’hui, les fonds ont été intégralement reversés à la Croix Rouge et au Rotary.
Gilles Goujon concède que le plus difficile a été l’organisation en amont de ces dîners, puisque le but était zéro dépense. Afin que chaque repas servi puisse contribuer à aider la population saint-martinoise, les chefs ont donné de leur temps et de leur talent, mais les équipes des restaurants aussi ont accepté d’effectuer gracieusement le service, les loueurs ont prêtés la vaisselle, les producteurs ont offert les produits … c’est toute une chaîne solidaire qui s’est mise en place et qu’il a fallu gérer. Merci Chef !
Si à ce jour la Croix Rouge n’a pas indiqué à quoi seraient dévolus les dons, le Rotary quant à lui a d’ores et déjà organisé la redistribution. Sur les trois projets qui seront financés, le choix du Lycée Professionnel correspondait à l’une des demandes de Gilles Goujon. Dans la mesure où il n’était pas possible de soutenir un confrère restaurateur plus qu’un autre, il a souhaité aider les jeunes, qui pendant plusieurs mois sont restés sans outil de travail. 
La soirée d’hier, lors de la remise symbolique du chèque qui servira à l’achat du matériel nécessaire à leur formation, était également l’occasion pour lui de transmettre la passion qui l’anime. Une passion qu’il a découverte à 17 ans et qui lui a permis de prendre le bon chemin, ce qui n’était pas une évidence à l’époque. Il espère que les jeunes du LPO suivront ce même chemin et pourront vivre de leur passion … quitte à leur donner un coup de pouce par la suite, mais là, c’est une autre histoire que le chef a en tête.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.