SOCIETE

Une nième visite pour une vérification de la bonne utilisation des fonds

Une nième visite pour une vérification de la bonne utilisation des fonds

02 mai 2019
La responsable de la cellule « urgences » de la Fondation de France, Karine Meaux, faisait la semaine dernière une visite des associations et autres structures soutenues par l’organisme philanthropique, pour une vérification de l’utilisation efficace des dons.

Une visite qui n’a rien d’exceptionnelle, la Fondation de France qui a pris ses quartiers à Saint-Martin dès le lendemain de la catastrophe Irma, fait depuis lors partie du paysage de la reconstruction du territoire. Outre les projets ponctuels soutenus pour apporter une aide immédiate en post-urgence, la Fondation de France s’est inscrite dans la durée pour des projets de plus longue haleine, tels que ceux inhérents à la reconstruction du bâti et à la reconstruction de l’humain.  Ainsi, et près de 18 mois après le passage de l’ouragan, Karine Meaux de la cellule « urgences » est-elle venue accompagnée d’experts bénévoles, Gérard Roth et Philippe Courtois, pour rencontrer ces associations et autres organismes qui oeuvrent encore en post-Irma, en premier chef desquelles, les Compagnons Bâtisseurs et la communauté éducative. « Là sont toujours nos préoccupations principales, affirme Karine Meaux, redonner un toit aux personnes les plus vulnérables qui ne sont pas en mesure de reconstruire leur habitat par les filières traditionnelles et assurer de meilleures conditions d’accueil des enfants et de leur famille en milieu scolaire ».
Concernant la réparation des toitures, une convention tripartite a été signée entre la Fondation de France, la Collectivité de Saint-Martin et l’association Compagnons Bâtisseurs afin que d’ici à la fin de l’année, quelque 120 toits aient été réparés. Par cette convention, la Fondation finance le fonctionnement de l’association Compagnons Bâtisseurs qui compte aujourd’hui 35 personnes ainsi que les Centres de ressources dont les ateliers ont débuté courant avril. 
La Fondation de France consacre quelque 3M€ à cette action. La Collectivité de Saint-Martin finance quant à elle les matériaux nécessaires pour reconstruire les toitures, une enveloppe d’environ 800 000 euros serait engagée. 

ASSURER L’APRÈS FONDATION DE FRANCE

On l’a vu par ailleurs, la Fondation de France s’est investie au sein de la communauté éducative en finançant 6 unités mobiles sur les 10 qui ont été implantées à la Cité scolaire Robert Weinum, pour un montant de 600 000 euros. 
Elle a également permis d’initier la mise en place des permis bateau et des permis auto pour une vingtaine d’élèves du lycée professionnel de Concordia, ce pendant une période de 3 ans. Toujours dans le milieu éducatif, un projet de création d’un pôle médico-social avec du personnel adéquat et de salles pouvant accueillir les enfants et leur famille au sein de l’école primaire Omer Arrondel de Quartier d’Orléans. 
Un projet qui devra être entériné pour la prochaine rentrée scolaire. Toujours en cours, des projets inhérents à l’environnement avec des financements venant soutenir les associations AIDSM et ACED, qui organisent des nettoyages des chemins et des étangs avec des jeunes volontaires suivis par la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ), ou encore dans le cadre de travaux d’intérêt général. 

ENCORE ENVIRON 2 ANS SUR LE TERRITOIRE

Pour mémoire, suite au passage de l’ouragan Irma le 6 septembre 2017, la Fondation de France avait collecté plus de 14 M€ de dons qui sont venus abonder le dispositif « Solidarité Antilles ». A ce jour, ce sont environ 13 M€ qui ont déjà été engagés dans plus de 50 projets soutenus et en accompagnement de plus de 4000 personnes. La Fondation de France qui envisage d’être encore présente pendant environ deux ans sur le territoire devrait engager encore environ 1 M€. « Il y a un vivier associatif très intéressant à Saint-Martin mais qui manque de structuration.
Nous souhaitons pendant ces deux prochaines années pouvoir accompagner celles qui exprimeraient le besoin de se structurer, de se professionnaliser », confiait Karine Meaux lors de cette récente visite à Saint-martin, et qui prévoit pour l’année 2019 de réaliser un état des lieux des besoins des associations en compétences de gestion. 

24-09-18-fondationdefrance.jpg

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.