SOCIETE

Un temps culturel nécessaire

Un temps culturel nécessaire

21 octobre 2022
Le volet de la culture tient particulièrement à cœur au ministre délégué, qui lors de tous ses déplacements met un point d’honneur à rencontrer les créateurs et artistes de chaque territoire. Pour ce dernier rendez-vous avant un échange avec la première ministre de Sint Maarten et de s’envoler pour Paris, il avait donc choisi de convier au restaurant Le Carré Vert à Marigot, peintres, sculpteurs, illustrateurs, musiciens, comédiens, artistes de street-art, autour d’un déjeuner en mode … speed-dating !
En prenant l’entrée à une table, le plat de résistances avec d’autres et le dessert à une dernière table, cela semblait être la bonne solution pour que Jean-François Carenco puisse rencontrer le maximum d’acteurs de la culture locale.
Les sujets abordés étaient à l’image des invités, variés et pluridisciplinaires, tels que : la demande de Roland Richardson d’inclure son atelier d’artiste de Marigot dans le patrimoine public afin d’en faire une maison des artistes (condition requise pour s’inscrire en tant qu’artiste), la création d’une seconde salle de spectacle car le seul théâtre La chapelle de capacité réduite ne permet pas d’accueillir tous types de spectacles et n’est pas accessible à tous, la réhabilitation de la MJC de Sandy Ground pour pallier le manque de lieu de culture qui peine à trouver les financements et fait appel aux fonds européens, la salle de Galisbay, autre projet complexe toujours à ce jour à l’état d’études … Le statut des intermittents du spectacle figurait lui aussi au menu et pour cause il n’existe pas sur le territoire. Le Ministre a promis de réfléchir sur la création d’un statut particulier pour Saint-Martin calqué sur celui de l’autoentrepreneur.
Gageons que le ministre délégué se penchera sur tous ces sujets car comme il l’a indiqué en préambule du déjeuner, même s’il n’y a pas de réponse miracle, et si la France hexagonale est loin, il faut que l’on parle de la culture de Saint-Martin à Paris. Il a d’ailleurs rappelé que son prédécesseur avait signé une convention avec plusieurs grands établissements parisiens, concluant « il faut que vous en profitiez et soyez fiers ! ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.