SOCIETE

Un an à Saint-Martin

Un an à Saint-Martin

11 septembre 2018

Un an après le passage du cyclone Irma, la Croix-Rouge Française a souhaité faire un bilan des actions déployées sur le territoire de Saint-Martin. Aide alimentaire d’urgence dirigée vers les personnes et les familles en situation de précarité, Samu Social, renforcement de ses capacités d’actions… Autant d'initiatives développées par la Croix-Rouge depuis un an, avec pour finalité, apporter une aide et un suivi aussi bien au niveau social que médico-social.

Après la mobilisation exceptionnelle qui a eu lieu durant les deux mois qui ont suivi le passage d’Irma, afin de répondre à l’urgence, la Croix-Rouge a déployé, depuis le mois de novembre 2017, des actions de post-urgence et de reconstruction à Saint-Martin. Notamment en opérant un accompagnement à long terme des populations les plus vulnérables touchées par le cyclone, mais également en renforçant les capacités de ses acteurs territoriaux.
« Au-delà de la reconstruction matérielle, l’ouragan a révélé les vulnérabilités préexistantes et mis en exergue l’impérative nécessité de développer des dispositifs de prévention, de préparation et de gestion des crises dans cette région particulièrement exposée », selon Emmanuelle Labeau, chargée de Communication et du Développement à la Direction territoriale Antilles de la Croix-Rouge, « une région où actuellement, en pleine saison cyclonique, le risque d’une nouvelle catastrophe reste permanent ». Hélas…

Face à l’ampleur des besoins liés à la catastrophe, mais aussi à une situation sociale et sanitaire dégradée, un accompagnement dans la durée des populations les plus précaires s’avère indispensable et « c’est avec cet objectif prioritaire que la Croix-Rouge française a déployé ses actions de post-urgence et poursuit aujourd’hui encore sa mission ». Le Directeur Général de la Croix-Rouge française, Jean-Jacques Eledjam, devait se rendre à Saint-Martin à la fin du mois de septembre, « mais ce sera le directeur général de la Croix-Rouge, Jean-Christophe Combe qui se déplacera sur l’île », précise Emmanuelle Labeau. Une visite qui va se dérouler au moment où le président Macron sera sur le territoire.
Dès le mois de novembre, deux projets ont été mis en œuvre, les projets Castor et Ecureuil, qui sont actuellement terminés. Des projets élaborés à la suite d’une évaluation précise des besoins et d’identification des personnes bénéficiaires, permettant d’accompagner les plus vulnérables dans la durée. Ainsi, le projet Castor a permis de fournir des matériaux de base à 500 foyers identifiés dans 6 quartiers particulièrement impactés par Irma, afin qu’ils puissent réhabiliter leur habitat par leurs propres moyens. Le projet Ecureuil a servi à aider 1400 familles à s’approvisionner en biens de première nécessité dans 5 magasins partenaires de l’île, au moyen de coupons d’achat.
Pour répondre à des besoins prioritaires, la Croix-Rouge a lancé un programme d’aide alimentaire d’urgence, qui s’est effectué à travers des distributions de paniers destinés à 200 familles en situation de précarité économique ou de personnes en errance, identifiées en amont par le Samu Social de la Croix-Rouge à Saint-Martin, ou recommandées par les travailleurs sociaux de structures partenaires.

Par ailleurs, depuis un an, la Croix-Rouge française s’emploie à la préparation et à la réduction des risques de catastrophes en renforçant ses capacités de réponse, aussi bien au niveau national qu’international. La Plateforme d’intervention régionale Amérique-Caraïbes (PIRAC) de la Croix-Rouge française a donc reconstitué en priorité ses stocks de matériels de première nécessité en Guadeloupe, Martinique, mais également à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy. Des stocks qui comprennent principalement des abris, des moyens sanitaires, de l’eau…
Pour mémoire, depuis le passage du cyclone Irma, 410 personnes de la Croix-Rouge française se sont succédées sur Saint-Martin, et notamment 12 réservoirs d’eau dotés de rampes de distribution d’eau ont été installés sur l’île, plus de 5000 personnes ont été accueillies à l’aéroport de Pointe-à-Pitre et plus de 6000 personnes reçues à celui de Saint-Martin. Il y a eu également 6 points fixes d’information et de distribution d’eau potable, de vivres et de produits de premières nécessités, des points complétés par des équipes mobiles, mais aussi 8748 personnes ont été accompagnées et soutenues sur les points de distribution ou au cours des maraudes dans les quartiers défavorisés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.