SOCIETE

Suppression de France Ô, un mal pour un bien ?

Suppression de France Ô, un mal pour un bien ?

13 mai 2019
Dans le cadre de la réforme de l’audiovisuel public initiée l’été dernier par le gouvernement, la chaîne dédiée aux outre-mer, France Ô, est appelée à disparaître à l’horizon 2020.

En 2018, le gouvernement lançait une réforme de France Télévisions afin de générer une économie de 190 millions d’euros sur les trois années à venir, obligeant le service audiovisuel public à se séparer de deux de ses chaines de la TNT : France 4 et France Ô. « France Ô n’est pas indispensable » avait annoncé Emmanuel Macron le 25 avril dernier, estimant que les programmes traitant de l’outre-mer avaient leur place sur les chaînes nationale, en l’occurrence France 2 et France 3.
Force cependant est de constater que les journaux télévisés n’évoquent les territoires d’outre-mer que lorsque ceux-ci vont mal. Quid des informations spécifiques aux 2,181 millions de ressortissants de ces territoires (source Insee) ? Le ministre de la culture, reconnait que le groupe France Télévision s’est cantonné jusqu’alors à les mettre à la périphérie des informations au lieu de les placer au centre des programmes regardés par l’ensemble des français. Cette réforme devrait donc annoncer un changement ?

REPRÉSENTATION ET VISIBILITÉ DES OUTRE-MER DANS L’AUDIOVISUEL PUBLIC

Chaîne de proximité généraliste, France Ô, avait succédé à RFO en février 2005. Avec une faible audience qui la plaçait en queue de peloton et qui n’est plus mesurée quotidiennement par Médiamétrie depuis l’année dernière, économie oblige, elle demeurait néanmoins la chaîne nationale des outre-mer. Mais comme l’indiquait le Président de la République, "il y a des chaînes pour chaque territoire d'Outre-mer. Elles seront maintenues. Et elles sont indispensables. Avoir, en plus, une chaîne nationale juste sur les Outre-mer, n'est pas indispensable. Surtout, c'est justifier que nos Outre-mer, au fond, n'ont pas droit de cité au cœur de France Télévisions". Il a conclu sur le sujet en promettant qu'il sera extrêmement vigilant pour que les sujets ultra-marins soient à l'écran des grandes chaînes du groupe.
France 2 et France 3 devront donc à l’avenir faire de la place dans leur ligne éditoriale pour traiter des informations des différents territoires territoires ultramarins et ce aux heures de grande écoute. Une enveloppe de dix millions d’euros devrait être allouée aux productions ultramarines pour les magazines et documentaires. Quant aux questions d’actualités, elles devront être traitées dans les JT de chacune des deux chaînes.
C’est en tous les cas ce qu’annonce aussi un communiqué des services du Premier ministre, qui assure que cette suppression se fera au profit d’un renforcement des médias publics ultramarins et d’un « portail numérique enrichi ». Le canal hertzien de France Ô, qui porte le numéro 19, sera libéré en 2020 et remis au CSA, en vue d’une réattribution ultérieure.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.