SOCIETE

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 923
Santé : journée Mondiale contre le tabagisme

Santé : journée Mondiale contre le tabagisme

02 juin 2017

Dans le cadre de la Journée Mondiale de lutte contre le tabagisme et le tabac, le Centre d’addictologie dépendant de l’association Les Liaisons Dangereuses a organisé, mercredi matin, une action de sensibilisation.

Une action d’information qui fait écho à ce qui avait été fait par l’association, il y a une quinzaine de jours, lors du « Parcours du cœur » où elle était intervenue sur le tabac.
Si lors de cette participation, le Centre d’addictologie s’était essentiellement focalisé sur le lien entre le tabac et le cœur, Nathalie Clément, directrice du Centre, assure que mercredi matin, « on s’étend un peu plus sur deux conséquences principales de la consommation de tabac ».
Le tabac étant un produit légal et peu cher à Saint-Martin, cela « va entraîner de légers inconvénients (…) Ca va être une accoutumance réelle où la personne va, petit à petit, rentrer dans une notion qui est plus de besoin que de plaisir ».
Pour Nathalie Clément, la cigarette et la personne forment un couple, « et dans le couple, lorsque la cigarette a gagné, il y a cette histoire d’accoutumance et de sens qu’on va donner, systématiquement, à la cigarette. Je me lève, j’ai besoin de fumer. Je prends un café, il me faut la cigarette… Et puis après, petit à petit, il y aura des risques physiques sur le cœur, sur les poumons, les bronches ».

Cigarette plaisir et cigarette besoin

Lors de cette matinée, il a été proposé aux personnes de mesurer cette addiction, « puisque finalement on peut ne pas être addict, ou l’on est susceptible d’avoir un rapport avec le tabac qui peut être différent ». Un test, réalisé à partir d’un questionnaire d’évaluation de la dépendance chimique à la nicotine et qui comprend six questions avec des réponses multiples, permet d’évaluer cette dépendance.
Ensuite, le docteur Frédéric Olivo, qui intervient dans le cadre de l’association, mesure avec un appareil le monoxyde de carbone, c’est-à-dire l’intoxication physique due à la fumée. « Puis on va travailler sur un genre de jeu, pour savoir qu’elles sont les cigarettes plaisir, les cigarettes besoins, à quel moment je vais fumer et à quoi sert cette cigarette à ce moment-là. Est-ce que ça me fait plaisir en buvant mon café, est-ce que c’est parce que je suis stressé… ? Tout en sachant que ce n’est pas une baguette magique », précise Nathalie Clément. « Finalement, la cigarette va uniquement apporter ce qu’on lui demande. Elle va, insidieusement, nous faire croire qu’elle est un peu miraculeuse ».

Une dizaine de personnes se sont présentées dans les locaux des Liaisons Dangereuses, parmi lesquelles cinq sont venues en consultation afin d’évaluer leur dépendance avec le médecin. Nathalie Clément tient à préciser que les personnes peuvent également venir tous les jours, de 8h00 à 17h00, pour consulter.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.