SOCIETE

Polémique au sujet des repas servis à la cantine

Polémique au sujet des repas servis à la cantine

07 février 2020
En début de semaine, une photographie d’un plateau repas servi à la cantine scolaire a circulé sur les réseaux sociaux, provoquant l’indignation de nombreux internautes et parents d’élèves. En effet, sur ce maigre plateau étaient présentés une cuillerée de cassoulet en boîte, une demi-orange, deux à trois rondelles de concombre et un morceau de pain.
 
La Collectivité a réagi, déclarant également inacceptable cette situation, et a adressé aux rédactions un communiqué d’explication : « Dans un contexte de grève nationale et de blocage de l’entrée des écoles par les grévistes, la quantité de repas à produire a été difficilement prévisible, la semaine dernière, et des denrées ont été jetées car non consommées. Néanmoins, ces difficultés n’expliquent pas la quantité insuffisante distribuée dans le réfectoire d’une école de Marigot. situation jugée inacceptable par la Collectivité ».
 
Report du paiement de février au mois de mars
 
La CTOS a ainsi décidé que le paiement effectué au titre de la restauration scolaire pour le mois de février 2020 sera automatiquement reporté sur le mois de mars 2020 compte tenu des mouvements de grève.
Par ailleurs, la COM rappelle qu’une diététicienne travaille de concert avec les services de la CTOS pour offrir habituellement des plateaux repas équilibrés et sains aux élèves.
 
Suspicion de limitation volontaire par des agents des portions servies
 
Sur recommandation de la Chambre territoriale des Comptes (CTC), depuis quelques mois, la gratuité des repas aux agents a été supprimée et le nombre de tickets-restaurant (au tarif de 5.50€) limité au nombre de jours travaillés. Depuis cette nouvelle directive, certains agents limiteraient volontairement la quantité des repas servis afin de récupérer les restes. Malgré des courriers adressés, voire même des avertissements envers ceux qui dérogeraient à ces règles, cette pratique semble perdurer, au détriment de l’alimentation des enfants. Pour mettre fin à ces pratiques inacceptables, la CTOS s’est engagée à ce que la diététicienne effectue des contrôles hebdomadaires dans les restaurants scolaires, afin de s’assurer que les enfants bénéficient de portions conformes au règlement en vigueur. « L’objectif de la CTOS en ce début d’année 2020 et dans le cadre de la réorganisation en cours, est d’apporter un service public optimal en matière de restauration scolaire et d’accueil périscolaire », conclut le communiqué.
 
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.