SOCIETE

Logement : un dossier prioritaire

Logement : un dossier prioritaire

21 octobre 2022
En fil rouge de la visite ministérielle, la problématique du logement a été abordée à plusieurs reprises. Lundi matin le dossier était étudié à la Collectivité, le soir même à nouveau évoqué avec les socio professionnels et mardi, après une illustration concrète par les compagnons bâtisseurs, il faisait l’objet d’une dernière réunion en préfecture.
ALors de ses échanges avec les socio-professionnels, le ministre est revenu sur le dossier du logement demandant à ce que la Semsamar soit renforcée dans sa volonté d’agir et dans ses moyens. Des prêts longs peuvent être consentis, il n’y a donc aucun problème de ressources financière a-t-il indiqué. Des réunions avec les différents organismes concernés dont Action Logement, l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine et l’Agence Nationale de l’Habitat, seront programmées à Paris. Il a annoncé qu’il demanderait à la Collectivité de venir les rencontrer.
Mardi matin, lors de la visite terrain à Sandy Ground, le ministre délégué a pu visiter un chantier actuellement en cours, géré par les Compagnons Bâtisseurs. Financé par l’État via la DEETS pour l'aide au poste par l'atelier Chantier d'insertion et via le FSE pour les postes d'encadrement, il est la démonstration concrète des travaux de rénovation urgents à mener dans ce quartier mais aussi dans bien d’autres. Ce fut l’occasion pour le ministre de rencontrer et d’échanger avec des jeunes en insertion.

Une feuille de route pour la fin de l’année

La dernière réunion en Préfecture mardi, réunissait tous les acteurs du secteurs, dont les bailleurs sociaux et les investisseurs, la Deal, la Semsamar, la Sikoa, la SIG, les Compagnons Bâtisseurs, la Banque des territoires, l'ARS et Action logement.
L’objectif de la réunion comme l’a précisé le Préfet Vincent Berton était de « fédérer ensemble des moyens face au manque de logements ou aux logements insalubres. Il s’agit de créer, construire mais aussi de rénover avec un conventionnement qui engagera tout le monde avec un calendrier de réalisation ciblé sur les quartiers prioritaires (Sandy Ground et Quartier d’Orléans) mais aussi ceux de Saint-James et Agrément et ce dans des délais courts. Si on ne fait rien, on va encore dégrader la cohésion sociale de ce territoire parce que les gens ne pourront plus se loger. La sécurité, la santé et le logement sont les premiers droits de tous les citoyens saint-martinois ». Une convention doit désormais formaliser les engagements conjoints de l'État, la collectivité, la SEMSAMAR et Action Logement. La signature de ce protocole devrait se faire d’ici la fin de l’année afin d’engager les actions au plus vite.
Louis Mussington, pour qui le logement est depuis le début de sa mandature une vraie problématique, a renchérit sur l’urgence des actions en réponse à cette crise du logement et l’augmentation des demandes : « nous devons réfléchir comment et avec qui nous allons reconstruire ». Il s’est déclaré satisfait de la bonne volonté et de l’implication de l’État. Le mot de la fin est revenu au ministre délégué : « pour le logement, c’est état-major de guerre ! On s’y met, tous ensemble. On va travailler, ce sera difficile, mais la feuille de route sera établie pour la fin de l’année. Après trois jours d’observation et d’écoute, je constate qu’à Saint-Martin il y a tout pour réussir ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.