SOCIETE

Liaisons aériennes : les prix s’envolent

Liaisons aériennes : les prix s’envolent

28 avril 2022
L’indice des prix du transport aérien de passagers (IPTAP) de mars, publié par le gouvernement, confirme ce que tout un chacun avait déjà constaté lors de la réservation d’un billet d’avion : les prix flambent et cela risque de perdurer. Problème, la hausse la plus significative est enregistrée sur les départements d’outre-mer.
Le premier trimestre de 2022 enregistre une hausse de 6,1% du prix des billets d’avion au départ de France toutes destinations confondues par rapport à mars 2021 (+ 6,2 % au cumul depuis le début de l’année). Si les prix sont globalement stables sur le réseau domestique (+1 %), on note des tendances très variables et diamétralement opposées entre la métropole, où les liaisons intra-métropolitaines sont en baisse de (-8,3 %), et l’outre-mer où la hausse est estimée à +13,5 % au départ de la métropole.
 
Les départements d’outre-mer, les plus impactés
 
La hausse est encore plus significative au départ des départements d’outre-mer, puisque les billets d’avion ont connu au premier trimestre une augmentation de 14,3 % (+8,9 % au cumul) selon le ministère de la Transition écologique. Une tendance qui touche les quatre départements, avec en tête la Réunion qui connait, elle, une majoration de +30% pour un aller-retour en métropole.
Si ces hausses peuvent être la conséquence de l’augmentation du prix du kérosène, pour les Antilles ce n’est pas dû au manque de passagers, car les rotations entre la métropole et l’outre-mer sont celles qui ont d’une part, le mieux résisté pendant la pandémie, continuité territoriale sans doute, et qui ont d’autre part redémarré plus vite que les autres destinations. ADP, gestionnaire des aéroports parisiens, indique que Orly et Roissy ont retrouvé en mars 68,7% de leurs passagers d’avant la crise sanitaire, alors que les liaisons outre-mer ont sur la même période retrouvé 82,5% du niveau de mars 2019. Le gouvernement indique d’autre part qu’à l’exception de la Guyane, le niveau des prix reste inférieur à ceux constatés en 2019.
Seule bonne nouvelle, les deux compagnies françaises qui desservent Saint-Martin / Sint Maarten ont mis en place des promotions pour la période estivale. A titre d’exemple, un voyage en classe économique (non remboursable et sans bagage) du 23 juillet au 20 août, au départ de Grand Case pour la métropole, est à ce jour au prix de 698 € sur Air Caraïbes et en direct au départ de l’aéroport de Juliana à 729 € sur Air France. Seul bémol, ces tarifs promotionnels ne concernent qu’un quota de sièges et il ne reste déjà que peu de disponibilités.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.