SOCIETE

Les associations, mouvements et collectifs clament un ras le bol général

Les associations, mouvements et collectifs clament un ras le bol général

24 août 2021
Le ras le bol général des collectifs, mouvements et associations de défense du peuple. Tous regroupés ensemble, les associations, collectifs et mouvements en faveur de la défense du peuple saint-martinois expriment leur colère et un ras le bol général face à une situation générale de l’île et des conditions de vie des habitants qu’ils estiment très dégradées. Ils menacent de « tout faire péter » et une manifestation au lendemain de la rentrée scolaire est en préparation.
« La coupe est pleine »
 
Mouvement social à la Collectivité impactant la vie des administrés depuis plus d’un mois sans que des solutions n’aient été actées, discrimination à l’embauche au niveau de la Collectivité, Pass sanitaire et vaccination obligatoire entravant la liberté des citoyens, fermeture du pont de Sandy Ground isolant une partie de la population et venant compliquer le quotidien à quelques jours de la rentrée scolaire, terrain spolié de saint-martinois… pour les associations et les collectifs Union du Peuple Travailleurs Saint-Martinois (UPTSM), Soualiga United Collectif, Soualiga Grassroots Movement et la branche santé et action sociale de la CGTG (FSAS-CGTG) du centre hospitalier LC Fleming, la coupe est pleine et risque de déborder très prochainement.
 
« Attitude méprisante du Président Gibbs »
 
C’est en effet une colère et un ras le bol général qu’ont manifesté Cédrick André et Luc Wellington (UPTSM), Lenny Mussington et Jacqueline Jodet (Soualiga United), Horace Whit et Félix Richardson (Soualiga Grassroots Movement) et Marthe Dessout (FSAS-CGTG), lors d’une conférence tenue vendredi dernier. Tous s’accordant à œuvrer pour la défense des droits des concitoyens, à la justice et à l’égalité dans le traitement des personnes, ont décidé de se rallier les uns aux autres pour décrier la gouvernance de la Collectivité et le mépris de la part du président Daniel Gibbs pour tenter « d’éteindre les feux ». « Il y a apparemment une rupture de dialogue entre les syndicats et les élus quant au mouvement de grève qui a débuté il y a plus d’un mois. Nous avons sollicité par courrier une rencontre avec le président et les élus pour tenter de trouver une médiation. Le président n’a même pas daigné nous répondre… La fermeture du pont pour travaux a été décidée en pleine période de la rentrée scolaire, et le conseil de quartier de Sandy Ground n’a même pas été consulté. Les élus n’ont pas conscience de ce que cette fermeture du pont implique pour les habitants de Quartier, qui n’ont pas tous des véhicules pour se déplacer… Beaucoup reçoivent des soins quotidiens par des infirmières libérales qui ne peuvent pas passer le pont… Les entreprises situées de ce côté-là du pont vont également avoir un manque à gagner dans une période déjà compliquée… Si nous avions été consultés, d’une part nous aurions pu informer individuellement la population et d’autre part nous aurions fait des propositions à la Collectivité pour améliorer les conditions durant cette période. Le président Gibbs n’écoute personne… C’est un pouvoir de dictature, de contrôle et de manigances qui est exercé à la COM », s’insurge Cédrick André.
 
« Politique d’embauche discriminatoire »
 
Des propos repris par Lenny Mussington, qui évoque également « la politique discriminatoire menée par la Directrice Générale des Services, Christiane Ayache, qui ne s’est entourée que de français de France et n’a embauché que ses amis, y-compris en catégorie C ! La DGS n’a clairement pas la volonté d’intégrer de Saint-martinois dans son équipe et profite d’avantages en nature honteux ! Elle a failli à sa tâche ». Horace White a de son côté aussi fustigé « le mépris affiché par le président Gibbs qui s’est octroyé des vacances et a quitté l’île dans cette période très critique, sans prendre la peine d’écouter la souffrance du peuple. Si cette politique ne change pas, ça va péter ! ». Une pétition contre la fermeture du pont de Sandy Ground a été lancée vendredi dernier et aurait récolté pour cette seule journée près de 200 signatures.
 
Manifestation annoncée pour le 3 septembre
 
Le Pass sanitaire et la vaccination obligatoire sont également deus sujets qui alimentent la colère des représentants de ces mouvements et associations, et Marthe Dessout évoque les drames humains qui seront provoqués du fait des pertes d’emplois suite au refus de la vaccination. « La liberté individuelle est clairement bafouée … Ce n’est pas la justice, ce n’est pas humain », indique-t-elle en souhaitant un soutien de la part des gouvernants locaux.
Enfin, un autre sujet exacerbant la colère des représentants des associations de défense du peuple, notamment celle de Luc Wellington, la tentative de spoliation de terrains de saint-martinois, avec en premier chef, un terrain situé à Griselle, à côté de la station essence de la Baie Orientale. Un sujet épineux sur lequel nous reviendrons après investigations.
En tout état de cause, la colère monte et les représentants de ces associations locales ont déjà avancé la date du vendredi 3 septembre prochain pour l’organisation d’une manifestation générale. Une nouvelle conférence de presse devrait être tenue demain, mercredi 25 août.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.