SOCIETE

Un grand rassemblement avait lieu mercredi dernier à Saint-Louis, sur le site où est prévu la construction de ces 48 logements.
Un grand rassemblement avait lieu mercredi dernier à Saint-Louis, sur le site où est prévu la construction de ces 48 logements.

« Le Country side » déterminé à aller jusqu’au bout

02 mars 2018

Une nouvelle réunion était organisée mercredi, en lieu et place du projet immobilier de 48 logements dont le permis de construire a été délivré à la société Le Privé.

Les membres encore plus nombreux depuis la première réunion qui s’est tenue dimanche dernier, sont déterminés à tout mettre en œuvre pour sauvegarder leur quartier et arriver à leurs fins, afin que ce projet privé de construction de 48 logements ne sorte pas de terre.
« Nous sommes bien évidemment ouverts à l’installation de nouveaux arrivants, mais cela doit se faire en concertation avec nous, les habitants, et de manière réfléchie », explique Cathy, la porte-parole du Comité. « Nous sommes prêts à nous battre et nous irons jusqu’au bout, c’est à dire l’arrêt pur et simple de ce projet. Et s’il faut aller devant les tribunaux, nous nous y rendrons. Nous étions aux côtés des élus pour contester le PLU, et aujourd’hui ces mêmes élus veulent plumer Free town (nom attribué au quartier, ndlr) », continue-t-elle.
Présent lors du rassemblement de mercredi, le représentant du quartier n°3, Alexis Standford, surnommé Pete, nous indiquait « que ce projet avait été proposé au Conseil de Quartier en 2008, et la réponse avait déjà été un « non » ferme à l’époque ». Et de continuer : « la construction de ces grands ensembles de logements ne correspond pas aux attentes que nous avons dans notre village. Partout où ils sont construits, ces type de logement qui ne sont autre que des logements sociaux, même si le projet n’emploie pas ces termes, engendre de la délinquance. Nous disons non à cela ! En 2012, la Collectivité pouvait faire valoir son droit de préemption sur la vente du terrain. Mais elle ne l’a pas fait ».
Une pétition qui a pour l’heure récolté plus de 300 signatures continue de circuler parmi les habitants du quartier, mais aussi de la population dans son ensemble. Plus d’informations sur la page FB countryside committee sxm.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.