SOCIETE

De gauche à droite, Jasaron Marcena, responsable de la gestion locative de la Semsamar, Yawo Nyuiadzi,  président de la Semsamar et 1er vice-président de la Collectivité, Marie-Paule Bélénus-Romana Directrice  générale de la Semsamar, Steeve Titus, chargé d’exploitations et Karen-Kelly Mamie de Sem Ta Route.
De gauche à droite, Jasaron Marcena, responsable de la gestion locative de la Semsamar, Yawo Nyuiadzi, président de la Semsamar et 1er vice-président de la Collectivité, Marie-Paule Bélénus-Romana Directrice générale de la Semsamar, Steeve Titus, chargé d’exploitations et Karen-Kelly Mamie de Sem Ta Route.

La Semsamar réhabilite l’ensemble de son parc immobilier

30 avril 2018

La Semsamar (Société d’économie mixte de Saint-Martin) vient de débuter le programme de rénovation améliorée des résidences sociales, suite aux dégâts occasionnés par le passage du cyclone Irma sur Saint-Martin. Une étape clé pour la Sem qui lance un appel à la patience auprès de ses locataires.

La Semsamar a « la volonté de démarrer au plus vite », mais « ça prendra du temps », explique Marie-Paule Bélénus-Romana, directrice générale de la Sem. L’entité dispose de 19 résidences à caractère social sur le territoire de Saint-Martin, pour un total de 1085 logements, et toutes les résidences ont été touchées à divers degrés.
Globalement, les dégâts dans les différentes résidences sont de trois sortes ; les dégâts irrémédiables liés à la houle cyclonique, ceux liés aux inondations et les dégradations liées aux pertes de couverture ou impacts.
Suite à ces bilans, la Semsamar a dû opter pour la réhabilitation à l’identique ou bien pour une réhabilitation améliorée. Durant le mois de janvier 2018, la Sem a organisé une consultation des 1085 familles de locataires, lors de réunions publiques, pour leur présenter le projet de réhabilitation et recueillir leurs suggestions et problématiques spécifiques.

Une réhabilitation en deux phases

Après ces consultations, la Semsamar a décidé de privilégier une réhabilitation améliorée, pour un surcoût de 12,1 millions d’euros par rapport à une réhabilitation à l’identique. Le programme de reconstruction du patrimoine de la Sem impacté par les cyclones Irma et Maria sur Saint-Martin est de l’ordre de 51,3 millions d’euros. La Semsamar est toujours à la recherche du solde des financements nécessaires qui s’élève à un près de 12 600 000 euros, dont près de 6 690 000 euros pour la réhabilitation améliorée de son parc social.
La Sem a fait des propositions à l’Etat pour pouvoir boucler le financement de son programme, sans résultat à ce jour. Malgré cela, elle a décidé d’engager la réhabilitation améliorée de son parc social sur deux phases. Tout d’abord la phase 1 qui comprend les couvertures, les menuiseries extérieures, ainsi que les réseaux électriques et d’eau, avec un démarrage des travaux prévus ce mois-ci et en mai, pour une durée de 6 à 8 mois.
La phase 2 comprend la réhabilitation complète de l’intérieur du parc social, c’est-à-dire les menuiseries intérieures, l’électricité, la plomberie, les faux plafonds, les cloisons et les peintures. Le début des travaux est programmé pour octobre 2018, pour se terminer courant 2019.

74 familles toujours sinistrées

Dans l’immédiat, le bailleur social est toujours à la recherche d’une solution de relogement pour 74 familles sinistrées, qui vivaient dans des appartements au rez-de-chaussée envahis par la montée des eaux. Ces familles seront relogées provisoirement dans des mobil-homes lorsque les travaux de réhabilitation seront entrepris.
Par ailleurs, pour accompagner l’ensemble des familles durant la phase de travaux, il a été mis en place un dispositif d’accompagnement renforcé, notamment par le confortement des sécurisations des résidences mises en place après Irma, ou encore la création d’une équipe de proximité mobile de deux agents de proximité et de deux agents de liaison et de coordination. Une équipe qui a pour vocation d’assurer une présence constante du bailleur sur le terrain.

Utiliser la réhabilitation comme outil d’insertion

La réhabilitation améliorée est aussi un outil d’insertion économique au profit des jeunes. Ainsi, « en cohérence avec ses valeurs, dans la droite ligne de son engagement social et responsable, la Semsamar a introduit une clause d’insertion sociale en tant que critère de choix dans ses appels d’offre », précise Karen-Kelly Mamie, directrice de Sem ta route, un projet associatif mis en place par la Semsamar qui œuvre en faveur de la jeunesse saint-martinoise. Pour être retenues, « les entreprises, qui ont répondu aux appels d’offre pour des accords-cadres lancés après Irma, ont dû s’engager à réaliser des volumes horaires d’insertion qu’elles ont elles-mêmes déterminés ».
D’autre part, depuis plusieurs années la Sem a initié à Saint-Martin la vente à ses locataires de leur appartement locatif. A l’occasion de la mise en vente d’un appartement, le locataire qui occupe les lieux est prioritaire et bénéficie de tarifs préférentiels. Avant de procéder à leur vente, les appartements sont remis en état par la Semsamar. La résidence sociale Scott située à Agrément bénéficie de ce dispositif, tout comme les résidences de logements intermédiaires La Barrière et Paradise, toutes deux situées à Cul-de-Sac.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.