SOCIETE

L’Atlantique sous surveillance

L’Atlantique sous surveillance

30 juin 2022
L’océan Atlantique montre en cette fin de mois de juin des signes qui sont surveillés par les différents modèles météorologiques, car inhabituels en cette période. Les paramètres enregistrés actuellement ressemblent davantage à ceux observés généralement les fins de mois d’août ou les mois de septembre.
Sans être alarmistes, les météorologues surveillent l’Atlantique qui présente en cette fin de mois de juin des signes inhabituels d’activités. De nombreux amas d’ondes sont observés en terre africaine qui pourraient trouver des conditions favorables de développement en abordant l’océan, qui présente des eaux anormalement chaudes, du fait des températures caniculaires constatées en fin de printemps début d’été sur les continents africain et européen. En début de semaine, déjà trois phénomènes étaient répertoriés par le National Hurricane Center (NHC). Un fait rare au mois de juin. Le premier, le L94, passait au sud de l’Arc Antillais, entre mardi et mercredi. Une autre onde était sous surveillance en approche de l’Arc, et une nouvelle onde derrière montrait des signes favorables à son développement. Seuls les zones de sables en provenance de l’Afrique, fréquentes et assidues depuis plusieurs semaines, ainsi que les cisaillements (vents), également soutenus en ce moment, permettraient de désorganiser ces systèmes.
 
Un phénomène cyclonique et 3 ondes tropicales circulent sur la zone
 
Hier, mercredi 29 juin, le phénomène TWO était situé à environ 110 km au nord/nord-ouest du Venezuela, et ses vents étaient mesurés à 65km/h. Son intensité était de 35 nœuds. Il est le 2e cyclone nommé de la saison 2022 et il est actuellement le 60e ouragan de catégorie 1 de cette même saison. S’agissant de l’onde tropicale (2), elle continuait hier de produire quelques averses et orages désorganisés. Le NHC estimait hier qu’un développement lent de ce système se déplaçant vers l’ouest-nord-ouest était possible au cours des prochains jours. L’onde devrait traverser les îles du Vent tard vendredi ou tôt samedi, puis sur l'est de la mer des Caraïbes d'ici le week-end. Toujours selon le NHC, un développement supplémentaire est peu probable en raison de conditions environnementales défavorables. Le NHC estime à 10% les risques de formation dans les 48 heures et à 30% dans les 5 prochains jours.
Quoi qu’il en soit, la raison doit l’emporter et chacun doit se tenir prêt pour affronter cette nouvelle saison cyclonique, en constituant les stocks et réserves recommandés par les autorités.
Toutes les recommandations sont à consulter sur le site de la Collectivité de Saint-Martin : http://www.com-saint-martin.fr (onglet risques majeurs).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.