SOCIETE

Crise sociale : nouveau round en préfecture en milieu de semaine

Crise sociale : nouveau round en préfecture en milieu de semaine

14 septembre 2021
Jeudi 9 septembre dernier, et suite aux revendications formulées par le Collectif, un protocole d’accord de fin de conflit a été signé par le préfet Gouteyron et le président Gibbs. Contestant la méthode employée par le préfet et le président, qui ont élaboré ce protocole d’accord sans que selon eux les points n’aient été discutés préalablement ensemble, les membres du Collectif ont quitté la réunion, sans en prendre connaissance. Ce protocole a tout de même été signé par le préfet et le président. Retour et précisions sur les principaux sujets du document.
 
Les engagements pris entre l’Etat et la Collectivité reprennent pour partie les demandes formulées sur la plateforme des revendications du Collectif, et selon le préfet Gouteyron et le président Gibbs, « est même allé au-delà ». Ils ont précisé par ailleurs que tous ces points étaient en cours de traitement par leurs services respectifs.
Concernant la jeunesse, l’une des préoccupations majeures du Collectif, sont passés en revue les sujets de la formation, pour lesquels un financement total de 14 M€ (7.2M€ Etat et 6.8M€ COM) pour la période 2019/2022 a été acté. De surcroît, une enveloppe de 3.2M€ dégagée par la COM sera consacrée à la mise en place de formations rémunérées (qualifiantes, diplômantes et de base) destinées à 465 demandeurs d’emplois.
Le préfet Gouteyron s’est lancé le défi à relever de descendre en dessous de la barre des 20% le nombre de jeunes au chômage. Pour ce faire, il compte sur les grands chantiers engagés pour les 3 années à venir, pour un montant total de 153 M€ et qui comprennent : la construction de deux collèges, l’aménagement du front de mer, la rénovation de la médiathèque, le centre nautique… « Pour réaliser ces chantiers nous allons avoir besoin de bras et nous embaucherons des jeunes », a insisté Serge Gouteyron.
Concernant les personnes à revenus précaires : tout en rappelant les dispositifs nationaux existants (RSA et minimum vieillesse), le protocole engage les parties à amplifier leur communication à l’endroit de ceux qui n’y ont pas accès par méconnaissance.
Le préfet a par ailleurs insisté sur un sujet, le PPRN, qui n’apparaît pas dans le protocole d’accord Etat/ COM car n’impliquant que la prérogative de l’Etat : l’engagement ferme pour la mise en place d’ici la fin de l’année d’un dispositif d’aide aux personnes aux revenus les plus précaires afin de réduire la vulnérabilité de leur logement en créant les pièces de sûreté (obligation du PPRN dans certaines zones).
Autre sujet prégnant, les 50 pas géométriques : l’Etat est partenaire de la COM dans ce dossier de transfert des parcelles vers celles et ceux qui y ont leur habitation. Le président Gibbs a précisé qu’il y avait eu une accélération dans le traitement des dossiers et des conventions signées avec le service des Domaines : « Je peux vous garantir qu’à l’issue d’un long travail de négociations, nous parviendrons en fin d’année à des baisses substantielles de coût pour ces parcelles rétrocédées des 50 pas géométriques ».
Ce protocole tripartite signé uniquement pas le préfet et le président a été présenté et remis officiellement au Collectif, qui devrait être signataire, hier en fin d’après-midi.
 
PHOTO ENCADRÉ
 
Nouveau round en préfecture en milieu de semaine
 
Dans un souci de renouer le dialogue, le collectif a sollicité une nouvelle rencontre en préfecture avec le préfet Gouteyron et le président Gibbs. Cette rencontre a eu lieu hier en fin d’après-midi au cours de laquelle le préfet leur a remis officiellement le protocole afin qu’ils en prennent connaissance. Les membres du collectif ont annoncé qu’ils allaient « le consulter, discuter des propositions faites par l’Etat, celles faites par la Collectivité et rajouter leurs propres propositions et surtout leurs contre-propositions, après en avoir rendu compte à la population ». Une nouvelle rencontre en préfecture devrait se tenir dans la journée de mercredi ou jeudi, pour discuter de ces nouveaux points souhaités par le collectif. Le préfet leur a indiqué que ce serait une nouvelle rencontre « qui devrait être pour conclure les échanges».
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.