SOCIETE

Annick Girardin : visite éclair et intense

Annick Girardin : visite éclair et intense

23 juin 2020
Éclair certes, car la ministre des Outre-mer ne sera restée que 24h sur le territoire, mais cette sixième visite était bien programmée pour aborder un dossier crucial pour les saint-martinois : le Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN).

Après une rapide visite de Quartier d’Orléans pour prendre connaissance des futurs aménagements, dont le nouveau stade et ses alentours, ou évoquer les problématiques rencontrés par les habitants comme l’absence de bureau de poste, Madame la Ministre a convié l’ensemble de l’exécutif de la Collectivité et les présidents des conseils de quartiers à une réunion sur le sujet brulant du PPRN. L’occasion dans un premier temps d’échanger sur les conclusions du rapport avant d’entrer dans le vif du sujet.
 
Le rapport Lacroix : un principe de bon sens
 
Annick Girardin souhaitait que chacun puisse faire entendre sa voix, c’est chose faite. Elle tenait également, comme elle a l’habitude de le faire, à ce que les spécificités de l'île soient prises en considération. Le plan par anticipation, décidé dans l’urgence et sans aucune concertation ni étude préalable, était un non-sens. Le rapport Lacroix a reposé le problème et permis de réajuster chaque proposition en les adaptant à la réalité du territoire et aux attentes formulées par la population. C’est donc sur cette base que le PPRN définitif devra être rédigé, de manière simple et détaillé afin que chacun puisse comprendre.
Les sept propositions qui concernent Saint-Martin (la huitième est d’ordre national) ont donc toutes été adoptées (nous reviendrons dans le détail de celles-ci dans notre prochaine édition) sans toutefois remettre en question le principe de vulnérabilité. D’ores et déjà, on peut retenir parmi les principales mesures de possibilité de reconstruction en zones rouges en attestant de la diminution de la vulnérabilité, la confirmation de l’absence de mise en conformité dans un délais de cinq.
Madame la Ministre a expressément demandé à ce que la représentation locale de l’état relance les travaux de révision du PPRN, en y mettant de la bonne volonté afin que le projet de texte révisé soit prêt pour septembre. Il sera bien entendu soumis à la Collectivité et fera l’objet d’une enquête publique. Le souhait d’Annick Girardin est que le texte définitif soit terminé d'ici à la fin de l'année. D’ici là cependant le PPRN par anticipation reste de mise.
Aujourd’hui la ministre des Outre-mer a tenu à se rendre à Sandy Ground à la rencontre de la population avant de s’envoler pour la Guyane.
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.