SOCIETE

Agression dans un bar et jets  de pierres sur des gendarmes  à Quartier d’Orléans

Agression dans un bar et jets de pierres sur des gendarmes à Quartier d’Orléans

31 août 2018

M.P. comparaissait mercredi dernier devant le tribunal correctionnel de Saint-Martin pour agression sur une serveuse dans un bar de Quartier d’Orléans et jets de cailloux sur des gendarmes.

Les avis divergent quant au déroulé exact de la soirée du 20 août dernier dans un bar de Quartier d’Orléans. Les personnes présentes sur les lieux au moment des faits n’ont pu être identifiées et faute de témoins, l’accusation repose sur les déclarations de la jeune femme agressée et des gendarmes. 
Il est 23h00 ce lundi quand M.P. fait irruption dans le bar avec son scooter. La serveuse lui intime l’ordre de partir, mais M.P. ne l’entend pas de la sorte et lui assène un coup de poing au visage. La jeune serveuse tente de contacter la propriétaire du bar par téléphone, s’attirant à nouveau les foudres de M.P. qui lui lance son casque sur le bras. Selon la défense, M.P. se serait défendu lorsque la serveuse aurait sorti un grand couteau pour se protéger. Sorti par les clients, il attend de l’autre côté de la route que l’un d’entre eux lui rende son scooter en profitant pour lancer un petit bloc de béton sur un véhicule de patrouille de la gendarmerie. Le projectile atteint les deux gendarmes assis à l’arrière, blessant l’un d’entre eux, heureusement sans gravité.
Le profil psychologique de ce jeune homme de 29 ans montre une addiction certaine à l’alcool entrainant des relations conflictuelles et violentes. 
Déjà condamné en 2012 pour vol aggravé, et convoqué cette année pour délits routiers, MP n’avait cependant commis aucune agression physique jusqu’à ce jour.
Le vice-procureur a réclamé une peine mixte, soit un an d’emprisonnement avec six mois de sursis assorti d’une mise à l’épreuve avec obligation de soins. La peine s’étend à la confiscation du scooter, l’indemnisation des parties civiles, la jeune serveuse et la gendarmerie, et une amende de 300 €, cette fois pour défaut d’assurance.
Après délibération, le tribunal a prononcé une peine de huit mois de prison, dont quatre mois avec sursis, deux ans de mise à l’épreuve avec obligation de soins pour l’addiction à l’alcool et l’interdiction de se rendre dans le bar ou de contacter la victime. 

Côté pécuniaire, le scooter a été confisqué et M.P.  devra s’acquitter de l’amende de 300 € pour défaut d’assurance et de 1200 € de dommages et intérêts à la victime. En ce qui concerne les violences à l’encontre des gendarmes, et autres jets de pierres ayant eu lieu le même soir à Quartier d’Orléans, le juge a été plus clément et a prononcé la relaxe.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.