SOCIETE

1 260 millions versés correspondant à 67% de la charge totale

1 260 millions versés correspondant à 67% de la charge totale

07 septembre 2018

Après plusieurs longs mois de silence, la Fédération Française de l’Assurance (FFA) a publié le 3 septembre dernier les derniers chiffres des indemnisations des sinistres assurés pour les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, un an après le passage de l’ouragan.

Pour mémoire, la FFA comptabilisait 25600 sinistres pour les deux Iles du Nord pour un coût total estimé à 1.9 milliards d’euros, dont près d’un milliard pour la seule île de Saint-Martin. Selon la FFA, 95% des dommages ont pour l’heure été en tout ou partie indemnisés ce qui représente 1 260 millions d’euros, soit 67% de la charge totale.
Soulignant la complexité de l’indemnisation dans le cadre des copropriétés, « avec des copropriétaires qui ont abandonné leurs biens, compliquant ainsi la tâche des syndics dans la coordination des travaux de reconstruction », la FFA établi un ratio d’indemnisation hors copropriétés de 73% du coût total estimé.
Dans son communiqué, la FFA indique que « ce taux est de 91% pour les hôtels et pour les véhicules à hauteur de 83 % du coût total estimé ». 
Il est enfin indiqué que « les conséquences du dérèglement climatique aux Antilles et plus généralement dans les territoires ultramarins appellent à une réflexion approfondie. La FFA, avec la Caisse Centrale de Réassurance, lance une étude spécifique sur le sujet. L’adaptation des mesures de prévention des risques naturels et des normes de construction aux situations locales y seront analysées. « Les événements climatiques de grande ampleur qui frappent de plus en plus fréquemment notre pays témoignent de l’utilité d’une modernisation du régime des catastrophes naturelles. Les assureurs et le Gouvernement travaillent à la mise en oeuvre prochaine d’un ensemble de propositions qui permettront de renforcer les mesures de prévention et de mieux accompagner les populations face aux conséquences des aléas climatiques", concluait Bernard Spitz, le président de la FFA.  V.D. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.