SINT MAARTEN

De l’enjeu de l’aéroport Princess Juliana

De l’enjeu de l’aéroport Princess Juliana

03 juillet 2020
Véritable poumon pour l’île, la respiration du territoire est suspendue aux décisions provenant de l’aéroport international de Sint Maarten. Date de réouverture, trafic autorisé, consignes sanitaires… Une situation anxiogène qui s’exacerbe au fil des changements intempestifs qui dominent dans les prises de décisions et du manque de fluidité et de visibilité des informations communiquées.

Le retour à la vie économique du territoire dépend de la réouverture de Sint Maarten au monde extérieur. Tout comme la santé de ce même territoire… C’est en effet de cette infrastructure partagée sur les deux parties de l’île mais gérée par une seule, que dépend le retour de la providence économique. Mais c’est aussi principalement par là qu’une nouvelle vague de l’épidémie du Covid-19 peut arriver. Trouver un équilibre entre reprise des activités et sécurité sanitaire, dans un contexte économique et social très dégradé, n’est pas chose simple. D’autant qu’à ces contraintes viennent se rajouter un millefeuille d’autorités à deux branches : la partie française et la partie hollandaise.
 
La question des états-Unis
 
C’est ainsi que l’aéroport international de Sint Maarten est au cœur des préoccupations depuis plusieurs semaines. Resté ouvert depuis courant mars aux seules urgences médicales, au rapatriement de personnes ou encore à l’acheminement de matériel et denrées alimentaires, l’aéroport PJIA devait entamer ce mercredi 1er juillet sa phase 3 de réouverture, avec l’autorisation donnée aux vols en provenance des pays de l’Europe, du Canada et des Etats-Unis de fouler à nouveau son tarmac. Des prévisions de réouverture élaborées depuis plusieurs semaines. Or, dans le courant de la semaine dernière, l’épidémie de Covid-19 s’est fortement amplifiée aux Etats-Unis, atteignant des niveaux jamais atteints avec, pour la seule journée du mardi 30 juin, près de 45 000 contaminations nouvelles en 24 heures. Et à cette date, le pays comptait 2.650.000 cas et recensait plus de 128 000 décès.
 
La partie française décide de suivre les directives nationales
 
Une dégradation accélérée de la situation sanitaire aux Etats-Unis qui a suscité en début de semaine une très forte inquiétude dans le nord de l’île, de voir arriver sur le territoire des populations américaines. Le conseil territorial de Saint-Martin qui se réunissait cette même journée du mardi 30 juin décidait la convocation d’une commission générale extraordinaire tenue à huis-clos afin de statuer sur la ligne de conduite à observer par la Collectivité au regard de cette situation. D’autant que la veille, l’Union européenne dévoilait la liste officielle des 15 pays autorisés à voyager en Europe, parmi lesquels le Canada, et excluant les Etats-Unis, la Russie, le Brésil, Israël, la Turquie ou encore l'Inde.
 
La frontière à nouveau en jeu
 
La partie française de l’île, située en dehors de l’espace Schengen, tout comme la partie hollandaise, devait en conséquence se positionner officiellement, à savoir si elle souhaitait suivre les directives européennes et donc de la France, ou bien y déroger. Lors de cette commission, les élus et le président du CESC décidaient de ne pas déroger aux règles nationales et européennes en vigueur et en informaient sans délai la préfecture.
A noter ici, qu’en ne dérogeant pas aux règles nationales qui interdisent pour l’heure l’entrée des populations américaines sur le territoire français, se posait implicitement la question de la frontière entre Saint-Martin et Sint Maarten. Dans le cas où des américains arrivaient à Sint Maarten, la partie française aurait dû à nouveau mettre en place des contrôles aux frontières afin d’en empêcher leur accès.
Vols américains encore interdits
Les autorités de Sint Maarten se réunissaient également cette journée du mardi 30 juin et, décidaient au final de repousser de 2 semaines la date autorisant l’entrée des américains, la portant pour l’heure au 15 juillet prochain.

Dans le même temps, crise sociale à l’aéroport
Mercredi 1er juillet, jour de reprise des vols commerciaux longs courriers, l’aéroport a été le théâtre d’un mouvement social. Les portes de l’aéroport ont été maintenues fermées, et tout trafic a été annulé. Un avion cargo Air France a dû être détourné vers la Guadeloupe.
 
20200701 100553
 
Les salariés, qui souffrent d’une crise sociale sans précédent, réclament des arriérés de salaires dus depuis 2017. Leurs salaires actuels auraient également été écornés dans d’importantes proportions. De longues heures de négociations ont eu lieu entre les représentants du personnel, un médiateur et la direction de l’aéroport, Brian Mingo accompagné de son directeur financier, Leo Van Der Meiden. Attestant de ces arriérés de salaires dus, ils expliquaient être conscients des difficultés financières rencontrées par les salariés, tout en rajoutant qu’il est crucial dans un premier temps et eu égard au contexte actuel, de ne pas de démunir de la trésorerie pour pouvoir maintenir les emplois et payer les salaires courants, insistant sur les importantes difficultés à venir qui vont peser sur l’aéroport, du fait de l’interruption totale du trafic commercial et d’une reprise repoussée des rotations avec les Etats-Unis, dont les compagnies aériennes sont les principaux opérateurs.
Une nouvelle journée de négociations est prévue de se tenir aujourd’hui, vendredi 5 juillet. Sans solution raisonnable à l’issue de cette nouvelle journée de négociations, les employés de l’aéroport envisagent de se rendre au Parlement et de continuer leur mouvement de grève. En attendant cette journée décisive, le trafic toujours très au ralenti de l’aéroport, a toutefois pu s’opérer normalement hier.
 
Grande confusion sur les tests PCR au départ de Juliana
Faut-il présenter un test ou pas pour prendre un avion au départ de l’aéroport Juliana ? That is the question…
 
encadre
 
En ce début de semaine, une information a circulé sur les réseaux sociaux selon laquelle les voyageurs en partance vers l’Hexagone depuis l’aéroport PJIA, devaient présenter un test négatif au Covid-19. Une information venue en premier chef des agences de voyage ayant délivré des billets d’avion au départ de Juliana. Après maintes recherches, nous ne sommes pas en mesure de donner une réponse claire et précise à cette question… Si la compagnie aérienne Air France ainsi que le ministère des Affaires étrangères nous ont confirmé qu’un test n’est pas demandé pour arriver sur le territoire français depuis Sint Maarten, il semblerait que les services sanitaires de l’aéroport fassent passer le message que pour entrer dans l’aérogare de Juliana, il faille présenter un test négatif au Covid-19. Certes, pour pénétrer sur le territoire par voie aérienne, ce test est rendu obligatoire, ce qui est bien précisé sur le protocole sanitaire. Toutefois les infographies dudit protocole sanitaire créées par les services de Sint Maarten n’indiquent pas cette obligation de test pour pénétrer dans l’aérogare. Seul le port du masque l’est. Dans le doute, et tant que cette situation ne sera pas éclaircie, nous conseillons aux voyageurs en partance depuis Sint Maarten de prendre leur précaution et d’être en possession d’un test PCR réalisé 72 h avant leur départ, même si le pays de destination n’impose pas la présentation d’un test. 
Pour simplifier et accélérer cette démarche de Test PCR, rendez-vous sur le site www.biopoleantilles.fr
 
 
 
 
 
 
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.