POLITIQUE

La Semsamar assignée en justice par la Région Guadeloupe

La Semsamar assignée en justice par la Région Guadeloupe

14 février 2019
C’est une information qui est révélée sur les ondes de Guadeloupe 1ere : la Région Guadeloupe aurait assigné en justice la Semsamar pour des prises de décisions sans aucune concertation au sein du conseil d’administration, ce qui viendrait en violation des droits conférés par les statuts de la société d’économie mixte.

Selon nos confrères de Guadeloupe 1ere, la Guadeloupe aurait du mal à digérer le changement de gouvernance intervenu en décembre dernier, avec la nomination du PDG en la personne de Yawo Nyuiadzi et l’éviction à la direction générale de Marie-Paule Bélénus Romana, et souhaiterait que la justice intervienne dans cette affaire. 
Parmi les plus « remontés », les administrateurs guadeloupéens, avec en tête le 1er vice-président de la Région Guadeloupe, Guy Losbar, qui avaient déjà émis des réserves quant au procédé mis en œuvre par la Collectivité de Saint-Martin. 
Dans l’émission politique de la radio guadeloupéenne diffusée lundi soir dernier, Guy Losbar dénonce « la violation des règles statutaires et des règles d’information par la prise de décision sans aucune concertation avec le conseil d’administration ». Le représentant de la Région Guadeloupe rappelle également que 68% de l’activité de La Semsamar est concentrée sur le territoire de la Guadeloupe et appelle à la défense des intérêts de ce territoire. La Région Guadeloupe de manière générale aurait le sentiment de plus en plus exacerbé de se voir écartée des décisions et des affaires de la Semsamar. 
Joint par téléphone, Yawo Nyuiadzi le PDG de la Semsamar nous confirmait cette assignation en justice et nous confiait toutefois rester serein et avoir confiance en la justice : « La Région Guadeloupe conteste les procédures de nouvelle gouvernance mises en place lors du conseil d’administration du 18 décembre dernier. 
Mais nous sommes dans notre bon droit et rien dans les statuts de la Semsamar ne vient empêcher les décisions qui ont été prises. Il n’y a aucune violation des règles statutaires. Nous sommes confiants pour la suite », nous a-t-il indiqué. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.