POLITIQUE

Grave rififi à la Collectivité ; levée des responsabilités pour le VP Patrick Steven

Grave rififi à la Collectivité ; levée des responsabilités pour le VP Patrick Steven

25 juin 2021
Mercredi 16 juin dernier, un grave incident s’est produit dans les locaux de la cité administrative de la Collectivité, entre le vice-président Patrick Steven, en charge de la délégation Cadre de vie et le Directeur Général Adjoint de cette délégation, déchaînant une violente colère du premier à l’endroit du second. Le VP Steven Patrick a en effet, dans un accès de colère, détruit la serrure d’un bureau de la cité administrative et fait remplacer celle-ci pour empêcherle fonctionnaire de la collectivité d’accéder à son bureau.
 
Se saisissant de l’affaire, le syndicat UNSA Territoriaux SXM, dénonçait par voie de communiqué parvenu dans les rédactions en début de journée hier ces faits graves et déplorait l’absence de réaction du président Gibbs : « L’UNSA TERRORIAUX SXM regrette le silence assourdissant du Président de la collectivité qui par son absence de réaction se rend complice de cet acte de barbarie. C’est inadmissible. L’UNSA TERRORIAUX SXM exige la protection fonctionnelle pour tous les cadres et agents de la collectivité de Saint Martin qui se trouvent en danger dans l’exercice de leurs missions au sein de notre collectivité ».
Le président Gibbs adressait à son tour hier en fin d’après-midi un communiqué informant de la levée pour son 4e VP des responsabilités de la délégation Cadre de vie : « (…) J’ai décidé d’ôter à mon vice-président Steven Patrick sa délégation en matière de Cadre de Vie (…) Après avoir concerté dès le lendemain des faits les membres du Conseil exécutif de ma majorité sur les sanctions à prendre, j’ai notifié ma décision à Monsieur Steven Patrick, mercredi 23 juin (…) Monsieur Steven Patrick conserve ses fonctions de vice-président au sein de la majorité, d’officier d’Etat civil et membre du Conseil exécutif, sans toutefois avoir de délégation ni de responsabilités dans le champ de l’urbanisme, de l’aménagement, de l’environnement et des travaux. Si je peux comprendre les divergences de point de vue, je ne peux accepter la manifestation d’une telle violence. Ce comportement indigne d’un élu doit être sanctionné. Je regrette de devoir prendre cette décision et je sais pouvoir compter sur monsieur Patrick pour qu’à l’avenir il adopte un comportement adéquat à sa fonction ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.