POLITIQUE

Demande solennelle du MJP au Président de la République

Demande solennelle du MJP au Président de la République

28 septembre 2018

Le conseiller territorial Louis Mussington, chef de file sur les bancs de l'opposition, a adressé par voie de presse une lettre ouverte au Président Emmanuel Macron, en vue de sa visite programmée pour ce samedi 29 septembre. 

Après le passage de l’ouragan Irma qui a frappé  notre  territoire de  plein  fouet,  vous  nous avez  soutenu en  nous  apportant toutes  les  aides d’urgences  que  votre  gouvernement  a  jugées utiles et  nécessaires. Ainsi,  nous  tenons  à  vous  remercier pour votre dévouement à la cause Saint-Martinoise. 
Au cours de votre déplacement sur l’île de Saint-Martin  vous  avez  mis  l’accent  sur l’impérieuse nécessité de  reconstruire  le  territoire de  manière  exemplaire.  Et,  vos  propos  ont  été traduits de manière ostentatoire dans le protocole signé entre l’Etat et la Collectivité de Saint-Martin (les 6 et 21 novembre 2017).
Il  convient  de  souligner que  des  promesses  mirobolantes ont été faites dans ce cadre ; ce qui a  permis  à  notre population traumatisée et sinistrée, pour  la  plupart,  d’espérer  des lendemains meilleurs.  Cependant, il est regrettable de constater que les habitants  et  les  élus  ont    vite  déchanter.  En effet,  il  y  a  lieu  de  préciser que  certains engagements  pris  par  l’Etat  ont  été  remis  en cause. 
A  titre d’exemple,  nous  évoquons quelques dossiers  urgents  et  prioritaires  qui  méritent incontestablement une attention toute particulière, vu la situation financière très délicate de la Collectivité. 

1) Il est clairement indiqué dans les volets 1 et 2 du protocole qu’un groupe de travail  ad-hoc,  associant  notamment la Collectivité,  sera  mis  en  place  afin  « de réexaminer  des compensations non-perçues  ou  sous-estimées à  l’occasion des  transferts  de  compétences  établis entre 2007 et 2012 ». 

2) Les mêmes engagements ont été pris par  rapport  au  traitement  de  la  dette  relative au revenu de solidarité active (RSA). 

3) Dans  le  même ordre  d’idée,  la  question  de la réorganisation des services de l’Etat sur  le  territoire  en  vertu  des  dispositions de l’article 6351-12 de notre loi organique nécessite,  comme  indiqué, un examen  particulier.

Nous tenons à rappeler que la présence renforcée de  l’état  sur  le  territoire  ne  doit  pas  se  traduire uniquement par le  contrôle, mais  aussi par des  actions  immédiates notamment, en  faveur  d’un  enseignement  de  qualité,  du  développement  du  sport  et  de  la  culture  afin  de  favoriser l’épanouissement de notre jeunesse.  Par  ailleurs,  vous  n’êtes  pas  sans  savoir  que  la situation  de  l’enseignement  à  Saint-Martin  n’est pas à  la  hauteur  de  ce  que  nous attendions de notre  République.  Il  est  urgent  d’attirer  votre aimable attention  sur  le  fait  que  les  résultats  scolaires à Saint-Martin sont au plus bas niveau.  Cela génère  une grande inquiétude. Il importe de vous informer  que  la  rentrée  scolaire  2018  s’est  faite dans  des  conditions  inacceptables  et indignes de  la  République.  Aucune autre académie de  l’Hexagone, n’aurait acceptée cela en l’état.
Sommes-nous  à  Saint-Martin, les dindons de la farce ? Face  à  ce  sombre  tableau que  nous  venons de brosser, nous nous adressons à vous, Monsieur le Président, afin de vous demander de bien vouloir  nous  informer  des  mesures que vous comptez envisager  en  vue de  redresser  la  situation dans son  ensemble et  surtout  d’apporter  à  notre  collectivité  les  moyens  nécessaires  à son autonomie financière.
En  espérant  que  nos  propos  retiendront  toute  votre  attention,  veuillez  agréer,  Monsieur  le  Président de  la République, l’expression de  notre  respectueuse considération. 

Louis Mussington, Conseiller Territorial et Président du Mouvement pour la Justice et la Prospérité


  CONDOLÉANCES DU PRÉSIDENT 

« J'ai été très touché d'apprendre le décès de monsieur Albert Brookson, le dimanche 23 septembre à Paris, à l’âge de 60 ans, suite à des complications de santé. Sa carrière au sein de l’institution territoriale a été exemplaire, il était un homme dévoué, d'une grande gentillesse. Un homme au grand cœur, à l'écoute et toujours prêt à apporter sa contribution.
Albert Brookson avait pris ses fonctions au sein de la commune de Saint-Martin, le 1er septembre 1983, en tant que secrétaire de Mairie. Il avait auparavant occupé la fonction de régisseur à l’aéroport de Grand Case. Le 1er août 1994, il était promu Directeur Territorial, le grade le plus élevé dans notre institution. A l’avènement de la nouvelle collectivité en 2007, monsieur Brookson a alors été nommé Directeur Général Adjoint (DGA), en charge de l’évaluation des Politiques Publiques. Il était aussi responsable de la démocratie participative et de l’organisation des Conseils de Quartier. 
Albert Brookson aura passé 35 années au sein de notre institution territoriale ; une vie professionnelle dense et prolifique, entièrement dévolue au service public. Les élus qui se sont succédé à la tête de l’exécutif, l’ensemble du personnel et nos administrés garderont un souvenir ému de cet homme engagé auprès des Saint-Martinoises et des Saint-Martinois, qui avait fait du service public le fil rouge de sa carrière professionnelle. 
Les membres du Conseil territorial de Saint-Martin et les employés de la collectivité se joignent à moi pour adresser tout notre réconfort à sa famille et à ses proches. Nos condoléances émues vont à Corinne son épouse et ses enfants Aurore, Steve et Hervé, qui ont tout mon soutien. ».

Daniel GIBBS

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.