POLITIQUE

Crise sanitaire : mesures spécifiques pour les Outre-mer

Crise sanitaire : mesures spécifiques pour les Outre-mer

04 janvier 2022
Etudiée en urgence à l’Assemblée Nationale hier, lundi 3 janvier, la loi venant transformer le Pass sanitaire en Pass vaccinal, devra être entrée en vigueur le 15 janvier prochain, selon le souhait du gouvernement. Des exceptions sont toutefois consenties aux territoires d’Outre-mer.
Au regard du faible taux de vaccination dans la majorité des territoires d’Outre-mer, notamment en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique, de la situation sanitaire encore très fragile et dont les indicateurs semblent repartir à la hausse, mais également d’un climat social tendu face à l’obligation vaccinale, le gouvernement qui a déjà prorogé l’état d’urgence sanitaire en Martinique et à la Réunion au 31 mars 2022, envisage d’étendre cette prorogation à d’autres départements ultramarins. Les parlementaires doivent donc se prononcer sur la date de fin du dispositif, dans ces deux départements, mais avec une possible extension, à la Guadeloupe et à Mayotte.
S’agissant du Pass vaccinal, élément-phare de ce projet de loi, les préfets devraient garder une marge de manœuvre pour déterminer la date de sa mise en application, en fonction de la situation sanitaire locale et après concertation avec les Agences régionales de Santé (ARS).
 
Pass vaccinal, le sésame pour la liberté…
 
Pour rappel, le Pass vaccinal prévu d’entrer en vigueur le 15 janvier prochain permettra l’accès aux bars et restaurants, aux activités de loisirs (cinémas, musées, théâtres, enceintes sportives, salles de sport et de spectacle...), aux foires et salons professionnels, aux grands centres commerciaux sur décision des préfets et aux transports interrégionaux (avions, trains, bus). Concrètement seules les personnes vaccinées, âgées de plus de 12 ans, pourront accéder à ces endroits, événements et services. Un test négatif au Covid-19 ne suffira plus.
Les professionnels travaillant dans ces lieux et services sont aussi concernés et auront donc l'obligation de se vacciner. Dans certains cas toutefois, un certificat de rétablissement à la suite d'une contamination pourra être présenté à la place du certificat de vaccination.
Néanmoins, le pass sanitaire est maintenu pour l'accès aux hôpitaux, aux cliniques, aux établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et aux maisons de retraite. Les accompagnants, les visiteurs et les malades accueillis pour des soins programmés pourront continuer à présenter un justificatif de vaccination ou le résultat d'un test négatif ou un certificat de rétablissement.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.