Accueil

Un refuge animal à Saint-Martin… Une évidence

Un refuge animal à Saint-Martin… Une évidence

04 décembre 2020
Au-delà de l’obligation légale de l’existence d’une fourrière sur le territoire de la Collectivité de Saint-Martin, et au regard du nombre croissant exponentiel de chiens errants sur la voie publique, la nécessité d’un refuge animal s'impose aussi sur le territoire. L’association « Tango & Co » a été créée par un groupe de femmes déterminées à œuvrer pour la cause animale, et travaille d’arrache-pied et de concert avec les services de la Collectivité, pour que la création d’un refuge animal voie le jour dans les meilleurs délais. Il sera complémentaire à la future fourrière.
 
La Collectivité a pour obligation légale eu égard au Code rural, d’avoir sur son territoire une fourrière animale. Pour l’heure, la Collectivité sous-traite cette activité avec une entreprise guadeloupéenne qui vient régulièrement sur le territoire pour mener des campagnes de captures de chiens errants. Mais la fourrière n’est pas opérationnelle en permanence. Une situation qui n’est pas satisfaisante au regard du nombre de plus en plus important de chiens abandonnés ou nés dans la rue qui circulent un peu partout sur le territoire. La loi impose pourtant que « tout animal trouvé sur la voie publique doit être confié à la fourrière animale la plus proche ». Le dossier fait donc partie des priorités, un appel d’offre devrait sortir avant la fin de l’année et la fourrière devrait voir le jour d’ici une année. La COM souhaite y adjoindre un refuge animalier qui serait implanté sur le même site et géré par une association locale. Une combinaison qui existe sur de nombreux territoires français, souvent gérée par les Sociétés Protectrices des Animaux (SPA). Les chiens capturés par la fourrière peuvent ainsi espérer une nouvelle et plus heureuse vie, via le travail complémentaire réalisé par le refuge pour les soigner, les stériliser et les identifier, les placer en adoption, ou encore réserver aux plus âgés une retraite paisible.
 
L’association Tango & Co en pôle position pour le refuge
 
Djiba, Christelle, Maryse, Angeline et Martine, dévouées à la cause animale, ont créé l’association Tango & Co qui a pour mission première la création d’un refuge et dont les objectifs se calent sur ceux souhaités par la Collectivité. Les deux projets avancent parallèlement et en concertation. La fourrière et le refuge devraient être positionnés côte à côte, sur un terrain à Grand Case appartenant à la Collectivité. Régulièrement enregistrée et détenant tous les documents inhérents à cette activité (N°SIRET, déclaration ICAD, compte bancaire dédié etc.), l’association Tango & Co travaille pour l’heure au montage des dossiers de demandes de subventions qui permettront d’acquérir le matériel nécessaire au fonctionnement du refuge : des cages réglementaires, une nurserie, une chatterie, des algécos pour y installer bureau et service de toilettage, etc.
 
Les bénévoles nécessaires et bienvenus
 
Un tel refuge ne peut fonctionner que grâce au travail et au temps considérables fournis par les personnes bénévoles. Tango & Co s’attache donc également pour l’heure à recenser précisément les personnes bénévoles qui s’engageraient fermement à ses côtés. Le refuge souhaité par ses créatrices devra être convivial et attractif pour les populations qui viendraient y rechercher un compagnon à quatre pattes, résidents mais aussi touristes américains. Les bénévoles qui souhaiteraient s’investir auprès de Tango & Co sont appelés à se faire connaître auprès de l’association.
 
Collecte de dons, uniquement par virement bancaire
 
De même, comme toute association à but non lucratif, régulièrement enregistrée et subventionnée, l’association Tango & Co va devoir compter aussi sur les dons du grand public. L’association lance à travers nos colonnes un premier appel aux dons d’argent, de matériel ou encore de volontaires pour effectuer des travaux dans l’enceinte du futur refuge. A noter que les dons en numéraires ne peuvent se faire que contre reçu réglementaire, par le biais de virements bancaires ou donnés directement aux membres du bureau de l’association, également contre reçu en bonne et due forme. Pour rappel, ces dons sont déductibles des impôts à hauteur de 80% à Saint-Martin. Tango & Co n’a encore pour l’heure réalisé aucune collecte directe auprès du grand public.
 
L’union fait la force
 
Pour mémoire, il existait jusqu’au passage de l’ouragan Irma un refuge, situé sur un terrain de la Collectivité, à Mont-Vernon. Un terrain inondable qui a aujourd’hui été écarté pour la création du nouveau refuge. Le refuge était alors géré depuis plus d’une décennie par l’association I Love My Island Dog, présidée par Ursula. La gestion et l’entretien d’un refuge exigeant un travail quotidien, 7 jours sur 7, Ursula qui est aujourd’hui à la retraite, continue un travail considérable pour améliorer la condition canine sur l’île et sera évidemment de bons conseils pour la gestion du futur refuge. Ursula préfère toutefois désormais s’atteler à la mission de stérilisation des chiens, qui selon elle, est la seule solution pour espérer voir diminuer le nombre de chiens errants sur le territoire.
Le refuge de l’association Tango & Co s'attachera à travailler en synergie avec les associations régulières et groupes présents sur les réseaux sociaux qui oeuvrent pour cette même cause.
 
Pas de collecte en direct par Tango & Co
Des restaurateurs de la partie française nous ont rapportés qu’ils avaient été démarchés par une association pour faire un don de 125€ pour la création d’un refuge animal. Tango & Co, l’association qui collabore avec la Collectivité pour la création du futur refuge n’est pas à l’origine de cette collecte.
 
Pour faire un don ou s’inscrire comme bénévole
L’association Tango & Co n’a pas encore pour l’heure lancé d’opération directe auprès du grand public pour récolter des dons. Les dons en numéraires ne peuvent se faire que via un virement bancaire. Pour ce faire, et/ou pour s’inscrire comme volontaire auprès du refuge, contacter l’association par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., ou par téléphone : 0690 13 02 15 (Djiba, présidente) / 0690 50 22 36 (Christèle, vice-présidente).
 
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.