JUSTICE

Profession : cambrioleur !

Profession : cambrioleur !

17 décembre 2018
Convoqué dans pas moins de quatre affaires, sachant qu’il a déjà comparu à deux reprises devant le juge cette année et que son casier judiciaire fait mention de douze autres affaires, autant dire que l’homme n’en est pas à son coup d’essai ! Habitué des tribunaux mais virtuellement seulement, RR est toujours aux abonnés absents. Un état de fait que Madame le Juge a vivement regretté, car elle aurait bien aimé rencontrer ce client fidèle !

RR, a déjà écopé de plusieurs condamnations en tous genres pour conduite sans permis mais surtout pour vols. Vu ses antécédents, la cour du tribunal a décidé jeudi dernier de faire une jonction afin de le juger en une seule fois pour les quatre affaires en cours : un vol de roue de secours d’un camion à Marigot, un vol de cartons de vêtements dans un magasin, une tentative d’effraction dans un entrepôt de Saint-James et le vol des lampadaires nouvellement installés de la marina, en plein jour et à la vue de tous. A chaque délit, les preuves sont accablantes entre photos, témoignages ou vidéos. Mais à chaque fois lors de ces dépositions auprès des gendarmes, RR invoque des excuses pour le moins fantaisistes. Pour le vol de la roue de secours du camion à 3h00 du matin rue de la Liberté, il attendait que sa sœur vienne le chercher … avec un pied de biche à ses pieds !
Il est condamné à indemniser, à hauteur de 1000 €, le propriétaire du camion. Pour les lampadaires, il échappe à la facture de 18 983 € pour leur remplacement car la société qui les a installés ne s’est pas portée partie civile. Mais sa course effrénée à la subtilisation des biens d’autrui devrait être momentanément interrompue car il écope d’un an de prison ferme et un mandat d’arrêt est prononcé à son encontre.


 
UN FAUX PASSEPORT INQUIÉTANT
 
Le 20 août dernier, un jeune homme de dix-huit ans est interpellé pour détention de faux papiers d’identité. De nationalité syrienne, il est arrivé sur le territoire de Saint-Martin après un long périple qui l’a conduit d’Amérique du sud aux Antilles. Selon ses dires, il a fuit la Syrie pour échapper au service militaire et ainsi « éviter de tuer des gens ». Lors de son interpellation, il était en possession d’un faux passeport syrien. 

Laissé en liberté, il ne s’est pas présenté au tribunal jeudi. Il est condamné à un an de prison avec sursis et confiscation des scellés, en l’occurrence le faux passeport qui sera remis à la PAF pour complément d’investigations. Mais à ce jour, le prévenu n’est visiblement pas localisé par les autorités et nul ne sait s’il est encore présent sur l’île ou pas.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.