JUSTICE

Procès Balkany : sept ans de prison ferme  et mandat de dépôt requis par le procureur  du Parquet Financier pour Monsieur

Procès Balkany : sept ans de prison ferme et mandat de dépôt requis par le procureur du Parquet Financier pour Monsieur

17 juin 2019

Le procès fleuve qui se tient depuis le 13 mai dernier au Tribunal correctionnel de Paris et doit juger les époux Balkany dans le cadre d’affaires de corruption, de blanchiment d’argent et de fraude fiscale s’est soldé jeudi dernier par les réquisitions du Procureur du Parquet National Financier : sept ans de prison ferme avec un mandat de dépôt, dix ans d’inéligibilité et confiscation des biens, pour Patrick Balkany.


Pour sa femme, Isabelle, poursuivie pour blanchiment et fraude fiscale aggravée, absente au procès suite à sa tentative de suicide, le procureur a requis quatre ans de prison avec sursis et 500 000 euros d’amende. « Patrick Balkany est coupable de la plus grave atteinte à la probité publique », a déclaré le procureur financier Serge Roques lors d'un réquisitoire implacable à deux voix, prononcé pendant 2 heures et demie avec Arnaud de Laguiche, substitut du procureur.
A la sortie du tribunal, l’avocat des prévenus, Me Eric Dupond-Moretti a indiqué : « quatre ans pour avoir fraudé c'est déjà incroyable en termes de jurisprudence et sept ans (...) on requiert aujourd'hui contre lui ce que parfois on ne requiert pas dans les crimes de sang". Me Eric Dupond-Moretti, plaide toute cette semaine devant le tribunal pour le convaincre de ne pas entrer dans la voie de condamnation requise par le procureur. Les délibérés seront rendus en septembre prochain. 
Les Balkany sont soupçonnés d'avoir dissimulé au minimum 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, Pamplemousse à Saint-Martin, et un riad à Marrakech.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.