JUSTICE

Prison ferme pour le vol avec violence d’un scooter en plein jour

Prison ferme pour le vol avec violence d’un scooter en plein jour

03 décembre 2018

Il est un peu avant 11h30, ce mardi 27 novembre dernier, et du fait des travaux qui ont cours ce jour-là au niveau de la Savane, la Route Nationale est au paroxysme de ses embouteillages. Un homme, professeur au lycée professionnel de Concordia, roule à scooter dans le sens Grand Case/ Hope Estate et tente de dépasser les véhicules pour avancer. Quand à un moment donné, il entend la présence d’un autre scooter derrière lui. Il s’écarte pour le laisser passer. Arrivés à son niveau, les deux passagers qui sont à bord de ce deux-roues s’en prennent  violemment à lui, et tentent de lui dérober son véhicule. 

L’homme se défend comme il peut, empêche les deux hommes de lui dérober son engin mais ces derniers lui assènent un coup de poing sur le casque. L’homme tombe à terre et l’un des deux jeunes, F.M., enfourche le scooter dérobé et s’enfuit avec. Le second jeune, JMD, qui comprend que son ami vient de voler un scooter, sans que cet acte n’ait été a priori programmé, prend également la fuite. Il s’arrête toutefois à la hauteur d’un objet à terre, un téléphone portable Iphone 8, et s’en empare. Une scène de vol avec violence qui s’est passée en plein milieu de la matinée, sous les yeux médusés des automobilistes qui  ont pu y assister « en live ». Des automobilistes tous témoins, et parmi eux, un ancien élève du professeur agressé et qui a reconnu l’un des deux agresseurs, FM. Ce dernier est donc rapidement interpellé par les gendarmes, ainsi que son ami. 

MOINS DE 20 ANS ET DÉJÀ DE NOMBREUSES CONDAMNATIONS

Placés en garde à vue, ils expliquent que ce matin-là, FM, 18 ans, en se réveillant constate qu’on lui a dérobé son scooter qui se trouvait devant chez lui, à Saint-James. Il appelle un ami, JMD, pour venir l’aider à faire des recherches. 
Tous deux indiquent qu’à aucun moment ils n’avaient prémédité le délit pour lequel ils se retrouvent devant le tribunal. Ce serait un acte spontané, commis par FM, sans avoir réfléchi. JMD, âgé également de 18 ans et qui est pour autant loin d’être un enfant de chœur, indique qu’il « a été surpris par ce vol commis par son ami et a pris également la fuite pour ne pas être inquiété par la justice qui le connaît déjà bien. 
En effet, ce jeune de tout juste 18 ans est tout juste sorti de prison en septembre dernier et comptabilise déjà une dizaine de condamnations à son casier judiciaire, dont la première alors qu’il avait 12 ans. Il est toutefois suivi de près par les services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ). Lesquels ont émis des avis positifs de réinsertion qui ont été établis à son dossier. Reconnaissant tous les deux les faits dans leurs auditions, leur implication a bien été caractérisée. 
Dans sa réquisition, le procureur se demandait « ce qu’il faut encore faire pour que ces jeunes qui ne cessent d’être présentés devant le tribunal, comprennent que cette escalade de délinquance doit s’arrêter. Il  demandait au tribunal de déclarer coupables les deux jeunes et de les condamner tous les deux à deux ans d’emprisonnement avec un mandat de dépôt, et à une amende de 4000 euros pour préjudice moral. En entendant ces réquisitions, JMD a fait un malaise (lire par ailleurs). 
Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné FM à deux ans de prison avec un mandat de dépôt. 
Quant à JMD, qui a une petite fille de 3 mois dont il a la garde, sa mère étant aux abonnées absentes, il a écopé de 12 mois de prison avec une mise à l’épreuve. Pas de mandat de dépôt n’a été prononcé le concernant.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.