JUSTICE

Échos du tribunal

Échos du tribunal

15 novembre 2022
Les deux affaires avaient fait couler beaucoup d’encre au moment des faits, l’une en septembre 2021, l’autre en janvier 2022. Après plusieurs reports, puis audience de jugement, le délibéré pour Marceline Dessout et pour les trois frères Webster a finalement été rendu jeudi dernier.
Famille Webster : relaxe ou amendes avec sursis
Le blocage de la RN7 par des engins de chantier au niveau de Griselle du 24 au 27 janvier dernier, pour protester contre la vente aux enchères d’un terrain dont leur père est propriétaire (acte notarié à l’appui), avait valu aux trois frères Webster d’être accusés d’entrave à la circulation des véhicules sur une voie publique. Lors de l’audience, le ministère public avait requis un stage de citoyenneté de trois jours tandis que l’avocat de la défense avait demandé la relaxe pour ses clients, Randy et Rudolphe.
Ces deux derniers ont tous deux été relaxés par le tribunal. Seul Richard, a été déclaré coupable (les engins de chantier lui appartenant) et condamné à une amende de 2000 €, cependant avec sursis. Il devra également verser 1€ symbolique aux 18 personnes qui avaient porté plainte et s’étaient constituées parties civiles et 100 € à certaines d’entre elles en guise d’indemnités. Pour les trois « victimes » ayant réclamé respectivement 800€ pour perte de salaire, 1000 € pour fermeture d’un atelier durant deux jours et 10 000 € pour perte de chiffre d’affaires, elles ont été déboutées, le tribunal jugeant leurs demandes injustifiées. Tous les engins de chantier qui avait été saisis seront restitués à leur propriétaire.
Richard avait également comparu dans une seconde affaire pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique. Il a, là encore, été condamné à une amende, de 1000 € toujours avec sursis et devra verser 100 € à la victime au titre de dommages et intérêts.

Marceline Dessout : amende avec sursis
En septembre 2021, une partie du personnel hospitalier était en grève pour protester contre le Pass Sanitaire et les mesures prises à l’encontre des salariés de l’hôpital. Un piquet de grève, avait été établi. La secrétaire de la section syndicale FSAS-CGTG du Centre Hospitalier Louis-Constant Fleming et agent hospitalier, Marceline Dessout était, elle aussi, accusée d’entrave à la circulation sur la voie publique. Elle avait reconnu une partie des faits qui lui étaient reprochés, à savoir sa présence sur le piquet de grève le 27 septembre 2021 mais pas le 29 septembre comme cela était indiqué dans le chef d’inculpation. Lors de son jugement en septembre le vice-procureur avait demandé à ce qu’elle soit déclarée coupable avec une peine amende de 90 jours à 3€. L’avocate de l’inculpée de son côté avait demandé la relaxe pure et simple arguant que le tribunal ne disposait pas d’éléments suffisants pour entrer en voie de condamnation. Elle a été déclarée coupable pour les faits du 29 septembre uniquement et condamnée à une amende de 800 € intégralement assortie du sursis.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.