JUSTICE

Comparution immédiate : Vol commis chez des ex-amis : 4 mois de prison avec sursis

Comparution immédiate : Vol commis chez des ex-amis : 4 mois de prison avec sursis

04 octobre 2019
AM, tout juste 19 ans, originaire des Alpes Maritimes, est arrivé il y a quelques mois à Saint-Martin pour travailler comme pâtissier dans la restauration. Il est quelque temps hébergé chez un couple d’amis, mais les relations entre eux sont tendues. Il quitte ce foyer et en conserve les clés.

Pendant que le couple qui l’hébergeait fait un séjour en Martinique, AM commet son forfait le mercredi 25 septembre dernier : devant de l’argent pour la réparation d’un scooter qu’il avait emprunté, il pénètre sans effraction dans l’appartement du jeune couple et s’empare d’argent liquide et d’autres biens personnels. De retour de leur séjour, le couple découvre leur appartement qui a été fouillé et constate le vol de l’argent en numéraire. Selon eux, plus de 3000 euros. Soupçonnant AM, le couple le contacte sur le champ, la discussion entre eux tourne mal, et AM envoie un message de menace par écrit : « Si tu le dis à ma mère, je te tue ! ». Le couple porte plainte pour vol et menace de mort contre AM. Celui-ci est interpellé et placé en garde-à-vue puis en détention provisoire durant 5 jours, dans l’attente de son jugement en comparution immédiate qui avait lieu mercredi. S’il reconnait l’ensemble des faits, il conteste cependant les sommes d’argent dérobées, évoquant de son côté environ 1100 euros et 500 dollars. Après les débats qui ont aussi fait référence à d’autres condamnations déjà écopées par AM pour des affaires de stupéfiants, alors qu’il était encore mineur, le Parquet requiert 6 mois de prison avec sursis. Une plaidoirie qui repose aussi sur la fausse adresse divulguée dans un premier temps aux enquêteurs par AM, ce qui a empêché d’éventuelles perquisitions de son domicile. « Disproportion et brutalité du traitement infligé » L’avocat de AM plaide la démesure du traitement infligé à son client pour des faits de vols sans violence et sans effraction : « Mon client a tout de même fait 5 jours de détention provisoire et 48 heures de garde-à-vue pour ces faits… Les menaces de mort doivent être replacées dans leur contexte, et si cette phrase reste malvenue, mon client n’a pas montré de signe de porter atteinte à l’intégrité des victimes. Mon client a une volonté d’aller de l’avant, il devait d’ailleurs signer hier (mardi, NDLR), un nouveau contrat de travail avec un nouvel employeur, restaurateur à la Baie Orientale. Il a de l’or entre les mains, c’est un excellent pâtissier, des talents reconnus qu’il a pu exercer dans un restaurant de l’Anse Marcel », plaidant non pas la clémence du tribunal, mais la justice, tout simplement. Le tribunal relaxait AM pour les faits de menace de mort, et entrait en voie de condamnation pour les faits de vol en prononçant 4 mois de prison avec sursis avec une mise à l’épreuve pendant 2 ans, une obligation de travailler et d’indemniser les victimes. Ces dernières qui se sont constituées en partie civile devront recevoir pour l’une 1610 euros pour préjudice matériel et pour l’autre 1340 euros, et 500 euros chacun pour le préjudice moral.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.