JUSTICE

18 mois de prison ferme pour le « pirate de la route »

18 mois de prison ferme pour le « pirate de la route »

19 novembre 2018
S.G., soupçonné d’être l’un des auteurs de la tentative de vol avec violence d’une moto lors d’une course poursuite qui s’est déroulée dans la nuit du vendredi au samedi du dernier week-end d’octobre, sur la route à la hauteur de la Savane, a été finalement jugé vendredi dernier et a écopé de 18 mois de prison ferme.

Pour mémoire, du vendredi 26 au samedi 27 octobre derniers, aux alentours de 4 heures du matin, le conducteur d’une moto et sa passagère à l’arrière, sont pris en chasse par plusieurs individus à scooter alors qu’ils circulent sur la RN7. Arrivés à hauteur de la Savane, ils sont contraints de stopper par des individus à scooters qui leur barrent la route dans les deux sens. S’ensuit une bagarre entre le conducteur de la moto et les individus qui parviennent à s’emparer de la moto. Alertés, les gendarmes arrivent sur les lieux et les individus prennent la fuite. Une course poursuite s’engage entre les militaires et l’un des individus, S.G., qui s’enfuit en direction de Grand Case à bord d’un scooter de 600 cm3 avec à l’arrière un passager non casqué. Les gendarmes tentent de l’interpeller, mais S.G. refuse d’obtempérer, esquive des demi-tours, n’hésitant pas à heurter la voiture de la patrouille de gendarmerie. Le passager à l’arrière du scooter finit par être éjecté du deux roues et prend la fuite. Les gendarmes parviennent enfin à interpeller S.G. qui tente une nouvelle fois de s’enfuir alors qu’il se trouve dans le véhicule des gendarmes. Placé en garde-à-vue et auditionné, S.G. ne fournit pas sa bonne identité, pensant pouvoir éviter l’inscription des faits à son casier judiciaire. Son jugement en comparution immédiate du 31 octobre n’avait pu avoir lieu, faute d’avocat de permanence ce week-end-là. Il avait été placé en détention provisoire en Guadeloupe, et son jugement était finalement programmé vendredi 16 novembre dernier, à la Chambre détachée de Saint-Martin.  (lire notre édition du vendredi 2 novembre)

« FESTIVAL D’EXPLICATIONS FANTAISISTES »

Un jugement qui regroupait trois affaires différentes impliquant S.G., celle relatée plus haut, mais aussi le recel de biens volés au magasin Kar’ouf en septembre 2017, et le vol avec violence d’un scooter perpétré en avril dernier.
Fournissant « un festival d’explications fantaisistes et peu crédibles », selon les termes employés par le vice-procureur Paillard dans ses réquisitions, le jeune S.G., 19 ans, a été déclaré coupable pour les deux affaires de vols avec violence, et relaxé dans le cadre de la  première affaire de recel de pièces de scooters. Il a été condamné à 3 ans de prison dont 18 mois assortis d’un sursis avec une mise à l’épreuve de 2 ans. 
Il a également été condamné à payer une amende de 1000 euros. Le maintien en détention a également été prononcé et S.G. a été déféré dans la journée de vendredi en Guadeloupe.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.