FAITS DIVERS

Le procureur Renaud Gaudeul a tenu une conférence de presse  vendredi, en Guadeloupe.
Le procureur Renaud Gaudeul a tenu une conférence de presse vendredi, en Guadeloupe.

Affaire de trafic d’armes et de stupéfiants : 14 personnes déférées devant la juge d’instruction et 8 mandats de dépôt

26 janvier 2021
Suite à l’interpellation d’envergure de 26 personnes la semaine dernière, dont un couple de guadeloupéens résidant à Saint-Martin, le procureur de Martinique Renaud Gaudeul, à la tête de la Juridiction Interrégionale Spécialisée (JIRS) a tenu vendredi dernier une conférence de presse et a annoncé le défèrement de 14 personnes devant la juge d’instruction. Un mandat de dépôt a été prononcé pour 8 d’entre elles.
 
Saisie record de cocaïne sur les 5 dernières années
 
L’enquête ouverte en 2019 sur renseignements aura duré plus d’une année et mené à une saisie exceptionnelle : « 240 kilos de cocaïne, plus d'une vingtaine d'armes, un millier de munitions de tous calibres, 9 véhicules automobiles de luxe, 5 deux-roues de forte cylindrée, de l’argent liquide pour plus de 30.000 euros, des centaines de bouteilles de rhum millésimées, une dizaine de montres de luxe d’une valeur d’une centaine de milliers d’euros, des sacs de la marque Moncler ou encore des chaussures Louboutin et bien d’autres produits de luxe », a détaillé Renaud Gaudeul et précisé par ailleurs que « sur les 240 kg de cocaïne saisis, 216 l'avaient été en 2019 à l’aéroport d’Orly, dissimulés dans des colis ».
 
Mode opératoire pour un trafic« hors normes »
 
Selon le procureur, les trafiquants expédiaient la cocaïne en la dissimulant dans des colis de marchandises légales «à l'insu des services douaniers à bord des aéronefs, et ensuite deuxième opération toute aussi délicate, celle de la réception de la marchandise sur la plate-forme aérienne d'Orly». Différents modes opératoires en cours d’investigation, « soit du fret aérien portant sur de très grosses quantités, soit des colis avec de plus petites quantités mais qui pouvaient être plus nombreux, soit des mules (...) qui embarquaient dans l'avion sans la moindre marchandise illégale mais réceptionnaient à bord de l'aéronef la cocaïne qui avait été placée par des complices à bord».
Un trafic d’armes et de stupéfiants hors normes impliquant de nombreuses personnes, en Guadeloupe et dans l’Hexagone, présentant des profils très disparates : « âgées de 30 à 70 ans, les personnes interpellées vont du sans-emploi, au gérant de boîte de nuit en passant par des employé de sociétés de fret aérien ou dans l’avitaillement des aéronefs, un douanier. Certains ne sont pas connus des services de la justice ».
Parmi les 14 individus déférés devant la juge d’instruction, dont 2 femmes, 7 sont mis en cause dans l’affaire du trafic d’armes et 7 dans le trafic de cocaïne. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.