EVENEMENT

Léon Bertrand libéré et placé sous surveillance électronique

Léon Bertrand libéré et placé sous surveillance électronique

25 avril 2019
L’ex maire de Saint-Laurent du Maroni, député de Guyane et ex-ministre du tourisme sous l’ère du président Chirac, entre 2002 et 2007, Léon Bertrand, a quitté la prison de Rémire-Montjoly, où il était incarcéré depuis le 17 septembre 2018 pour une affaire de corruption.

Condamné en mars 2017 par la cour d’appel de Basse-Terre à trois ans de prison ferme pour favoritisme et corruption passive et favoritisme dans le cadre de marchés public, puis condamné en 2018 dans une autre affaire pour abus de biens sociaux, Léon Bertrand a finalement été libéré mardi 23 avril dernier et placé sous surveillance électronique. Une libération accordée par la cour d’appel de Guyane. Il avait été incarcéré après le rejet de son pourvoi en cassation en septembre 2018. Sa peine était assortie de 80 000 euros d’amende et trois ans de privation de droits civiques, civils et de famille pour une affaire de pots-de-vin liés à des marchés publics de la collectivité de communes de l’Ouest guyanais, qu’il présidait au moment des faits.
Le tribunal de l’application des peines avait déjà décidé le 25 mars d’aménager la peine de prison de M. Bertrand via un placement sous bracelet électronique avec assignation à domicile et heures de sortie. Mais le parquet de Cayenne avait interjeté appel. Celui-ci étant suspensif, il était resté en prison. A l’audience d’appel devant la chambre de l’application des peines, le 16 avril dernier, le parquet général avait requis le rejet de la demande d’aménagement de peine. 
La décision avait été mise en délibéré. Léon Bertrand avait également effectué trois mois et demi de détention provisoire en Martinique entre fin 2009 et début 2010, au cours de l’instruction de cette affaire à Fort-de-France. 
Pour la petite histoire saint-martinoise, Léon Bertrand, alors Ministre du tourisme était présent à Saint-Martin lors de l’inauguration de la Marina Fort Louis, en décembre 2002.

(Source AFP)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.