EVENEMENT

171e commémoration de l’abolition de l’esclavage

171e commémoration de l’abolition de l’esclavage

30 mai 2019
La Lady Liberty restaurée et à nouveau équipée de sa lanterne, grâce à l’œuvre « Qui a volé la lanterne de Lady Liberty » menée par Andy Armongon et sa classe de l’école Nina Duverly, la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage a pu cette année avoir lieu comme traditionnellement, à ses pieds, sur le rond-point d’Agrément. Une belle cérémonie qui a encore pu compter sur la créativité chantée et théâtrale des jeunes et des associations véhiculant les traditions et la culture saint-martinoise.


Devant un parterre d’officiels de la Collectivité et de l’Etat, du Conseil territorial des jeunes, de Sint-Maarten, mais aussi d’un public de citoyens, les chants et les danses traditionnelles se sont succédé en cette après-midi de mardi 28 mai dernier au niveau du rond-point d’Agrément, dominé par la statue de Lady Liberty. Une cérémonie dont les allocutions ont été teintées de gravité et de solennité pour ne jamais oublier : « Cette commémoration est un devoir de mémoire mais aussi pour permettre d’affirmer notre identité caribéenne, et notre fierté d’être noirs. Il faut savoir d’où l’on vient pour comprendre qui nous sommes », a indiqué la 1ere vice-présidente de la Collectivité Valérie Damaseau, représentant le présidente Gibbs. 

61607287_857141664666480_4295540674134016000_n.jpg

La députée Claire Javois a de son côté évoqué les deux siècles de souffrance endurés par les esclaves, rendant hommage aux illustres hommes Louis Delgrès, Toussaint Louverture, Victor Schoelcher ou encore Auguste-François Perrinon, qui ont tous mené un combat de haute lutte pour mettre fin à cette période de barbarie. La préfète déléguée Sylvie Feucher a mis quant à elle l’accent sur la devise portée haut et fort par la République Française : « Liberté, Egalité, Fraternité », fondement des valeurs de la Nation, en insistant sur le respect  « des  esclaves qui ont été les premiers à combattre l’esclavage, au prix de leur vie : Vivre libre ou mourir ! ». La préfète a également indiqué que le combat n’était pas terminé, puisque plus de 40 millions de personnes sont encore victimes de l’esclavage dans le monde, dont  71% de femmes et d’enfants ». Sylvie Feucher a enfin rappelé que la France a été le premier pays, en 2001, à reconnaître l’esclavage comme crime contre l’humanité. 
Après que l’hymne saint-martinois ait été chanté par Sidony Miller, Les troupes de danses et de chants, Grain d’Or, de  l’ ABCD , la troupe de Melissa Fleming, se sont élancées au rythme du tambour de Elier Coquillas, venant édulcorer cette 171e commémoration solennelle.

61962623_839005123134619_4061919200833175552_n.jpg

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.