ENVIRONNEMENT

PPRN : première étape terminée

PPRN : première étape terminée

13 juillet 2021
La dernière réunion des consultations publiques dans le cadre de l'élaboration du plan de prévention des risques naturels 2021 se tenait jeudi dernier à Sandy Ground. La prochaine étape sera l’enquête publique avant l’élaboration courant octobre du nouveau PPRN, un document important pour Saint-Martin.
La seconde série de réunions a été quelque peu boudée par la population, mais ce manque d’implication s’explique pour partie. En effet, les représentants des quartiers et les élus des secteurs concernés ont, depuis la premier cycle de réunions, tous été reçu par le Préfet. Pour Sandy Ground plus particulièrement, Jules Charville et Cédric André ont mené une visite de quartier avec les services de la Préfecture. Des visites qui se sont également déroulées aux Terres Basses, avec d’autres problématiques cela va de soi. Des rencontres fort appréciées par le Préfet qui se dit touché de la confiance de la population et de son accueil lors de ces visites terrain qui outre le fait d’aborder des cas spécifiques ont permis de conforter le lien. De plus des rencontres avec les architectes ont également eu lieu avant de reprendre le cycle des réunions.
La seconde phase est donc terminée, mais cela n’est pas la fin. Jusqu’à la fin du mois les habitants auront encore la possibilité de prendre rendez-vous auprès de la DEAL et ce tous les jours de la semaine pour évoquer leur cas. Les services de la DEAL ont déjà mené à bien une cinquantaine d’entretiens et estiment à l’issue de ces consultations atteindre les 150 cas traités. Toutes les personnes qui ont sollicité à ce jour un rendez-vous ont été reçues.
C’est à la DEAL que chacun peut également se rendre pour consulter le détail des fameuses cartes avec la possibilité de visualiser chaque parcelle précisément.
L’enquête publique sera donc lancée début octobre. L’occasion pour la population, une nouvelle fois, de rectifier le tir ou de faire des observations … il sera encore temps !
 

Sandy-Ground, quartier dégradé, quartier oublié
Tout observateur ou responsable politique aurait pu imaginer qu’après le passage du cyclone IRMA sur SAINT MARTIN, la Collectivité aurait mis en œuvre un programme de réhabilitation des quartiers les plus dégradés qui sont restés en déshérence pendant des années.
Le résultat est affligeant. Quatre ans après le passage d’IRMA, l’aménagement urbain, la réhabilitation de ces quartiers, et plus particulièrement Sandy Ground, ne constitue aucunement une priorité sauf à imposer des règles de reconstruction, en dehors de toute réalité sociale et économique.
Les manifestations de décembre 2019 ont replacé cette problématique au cœur du débat politique et ont montré le rejet de la population, sa capacité à élaborer et proposer des mesures de nature à recréer un nouveau cadre de vie.
Si l’on effectue l’analyse des propositions ou projets de reconstruction, si on analyse la multitude de lettres d’information aucun projet n’est retenu pour le quartier de Sandy Ground, aucune mesure n’a été budgétée depuis 2017. Pire, la réhabilitation des équipements existants comme le stade de Sandy Ground, les équipements sportifs, le Centre culturel, ne font l’objet d’aucun travail de programmation… Alors que le contexte, la sociologie du quarter, sa situation imposaient des mesures urgentes et opérationnelles, amélioration de l’habitat, de la circulation, reprise de l’éclairage public, régularisation foncière, protection du littoral…
La gouvernance actuelle aurait pu donner des signes, en consultant la population, en faisant travailler le Conseil de Quartier, etc… La situation, l’environnement, le cadre de vie des habitants de Sandy Ground, ne constituent visiblement pas une priorité pour l’exécutif de la Collectivité qui multiplie les études inutiles comme celle du Front de Mer, cinquième édition…
A croire que le territoire de SAINT MARTIN s’arrête après le pont de Sandy Ground, et la population de ce quartier n’appartient plus à notre communauté ; alors que la création d’un cadre de vie, d’entités économiques, sont des priorités pour permettre à la population d’accéder à des conditions de vie en rapport avec le développement du territoire. ­­­­
Jules Charville
Conseiller Territorial

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.