ENVIRONNEMENT

Ecoulement d’eaux sales à Friar’s Bay : une nouvelle station d’épuration pour le début de l’année

Ecoulement d’eaux sales à Friar’s Bay : une nouvelle station d’épuration pour le début de l’année

25 octobre 2019
Depuis près de trois semaines, des riverains du lotissement La Batterie, à Friar’s Bay, sont particulièrement incommodés par les refoulements d’eaux usées au niveau de la station d’épuration. Des refoulements d’eaux nauséabondes aux couleurs douteuses qui créent des mares stagnantes, immédiatement à proximité d’habitations situées à l’arrière du lotissement.

Contacté, l’Etablissement des Eaux et de l’Assainissement de Saint-Martin (EEASM) nous informait être conscient du problème et expliquait que le remplacement complet de la station d’épuration était imminent. En effet, celle-ci est en cours d’acheminement sur le territoire et les premiers travaux consistant à préparer le terrain sont programmés pour débuter dès le 4 novembre prochain. Les riverains devront s’armer encore d’un peu de patience, une nouvelle station d’épuration utilisant les dernières technologies, devrait être opérationnelle dès le mois de janvier de l’année prochaine. D’ici-là, un camion exécute régulièrement des pompages, afin de réduire les nuisances sur les riverains.
 
Un coût de 900 000 euros
 
Installée dans les années 2000, la station d’épuration n’a jamais fonctionné correctement. Elle a été partiellement détruite par l’ouragan Gonzalo, en 2014, puis pulvérisée par Irma, en 2017. La Collectivité, propriétaire des infrastructures qui sont gérées par l’EEASM, a début 2018, engagé le financement à hauteur de 900 000 euros pour le remplacement complet de cette station. Un dispositif de rejet en mer prévu sur plusieurs dizaines de mètres au large et installé en fonction de la courantologie, avait toutefois été mis en place. Cependant, ce dispositif est pour l’heure obstrué, conséquence de la forte houle qui a sévi courant de ces dernières semaines suite aux différents épisodes climatiques qui sont passés au large de nos îles.
Le directeur de l’Etablissement des Eaux, Patrick Lenz, nous confiait également qu’au regard de la vétusté de nombre d’installations sur le territoire, et selon le schéma directeur d’eau et d’assainissement actuel, pour obtenir dans les meilleurs délais un réseau satisfaisant, il faudrait opérer à hauteur de 80 millions d’euros d’investissement.
Des montants importants que la capacité financière de la Collectivité ne permet pas d’engager à elle seule… 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.