VARIOUS FACTS

Incendie à Cul de Sac : environ 70 bêtes brulées vives

Incendie à Cul de Sac : environ 70 bêtes brulées vives

10 March 2021
La piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs pour cet incendie qui s’est déclaré dimanche matin, vers 6 heures, sur la route de la décharge de Cul de Sac. Un acte d’une cruauté innommable, puisque les bêtes, environ 70 cabris, selon le propriétaire, ont été prises au piège dans leur abri fermé et ont brulé vives. Sur les réseaux sociaux, certains commentaires ont fait part des hurlements des animaux qui ont résonné dans tout le quartier.
 
Nous sommes allés à la rencontre du propriétaire qui expliquait être « devenu la bête noire » de ce quartier de Cul de Sac où fleurissent de grosses villas luxueuses. « Je suis l’homme à abattre dans ce quartier. Oui, j’ai perdu déjà beaucoup de bêtes qui ont été attaquées par des chiens errants, une quarantaine il y a deux ans…. Mais je suis un passionné d’animaux, de chiens, de cabris… alors pensez-vous que j’irai mettre des boulettes de poison pour les tuer ? Une fois j’ai tiré avec une carabine à billes sur un chien qui était en train de dévorer l’un de mes cabris. Mais je ne l’ai pas tué, juste fait fuir. D’ailleurs, si je mettais des boulettes de poison, mes animaux pourraient les manger… Et il y a aussi des chiens et des chats d’autres propriétaires qui ont été attaqués dans ce quartier. Mais dès qu'il y a un chien empoisonné dans le quartier, tout le monde me pointe du doigt car les gens veulent que je quitte les lieux. Mon petit élevage privé, je l’ai entrepris il y a 7 ans pour le premier anniversaire de mon fils qui aime ces animaux. De fil en aiguille, l’élevage a grossi et c’est devenu une passion pour toute la famille. Tout a été rendu à néant par pure méchanceté. Je dérange dans ce quartier. J’ai été l’objet de menaces à plusieurs reprises, y-compris de menaces de morts. Tout cela a été écrit sur les réseaux sociaux, en l'occurrence sur une page dédiée aux chiens perdus ou trouvés à Saint-Martin. Je suis allé porter plainte à la gendarmerie à plusieurs reprises, mais mes plaintes n’ont jamais abouti. Et voilà où nous en sommes arrivés… ».
Hier après-midi, la fumée était encore prégnante sur les lieux. La vétérinaire, Dr Alison Maurin était sur place pour examiner et traiter les bêtes rescapées et craignait que ces dernières ne développent des pneumonies, après l’inhalation de toutes ces fumées.
Confiée à la brigade de l'Espérance à Saint-Martin, l'enquête est en cours pour "destruction par moyens dangereux" des faits pour lesquels est encourue une peine de 10 ans d'emprisonnement. Le procureur de Basse-Terre nous assurait que tous les moyens étaient mis en oeuvre pour trouver le coupable. Et l'on ne peut qu'espérer que celui-ci soit rapidement retrouvé et puni pour cet atroce acte de cruauté envers les animaux.
 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.