TOURISM

Le secteur hôtelier en berne !

Le secteur hôtelier en berne !

10 November 2020
Entre les hôtels qui annoncent rester fermés pour la saison 2020-2021, ceux sur lesquels plane une très grande incertitude quant à leur avenir, l’historique agence Carimo qui a définitivement tiré sa révérence… le secteur hôtelier est en prise directe avec les crises successives qui l’affectent depuis 2017. Et les incohérences dans la gestion de cette crise sanitaire ne font qu’attiser leur colère. En premier chef desquelles, l’interdiction pour le secteur de recevoir une clientèle en provenance des Etats-Unis.
 
Fait exceptionnel, le conseil territorial de vendredi dernier a vu une interruption de séance, pour laisser place à Patrice Seguin, président du Club du Tourisme et Madame Astier Petin, vice-présidente de ce même Club et également directrice de l’Hôtel Belmond La Samanna. Ils annonçaient la non réouverture pour cette saison du prestigieux et unique hôtel 5 étoiles pour cette saison. Si la crise sanitaire reste la première responsable de cette situation dramatique pour l’île, le président du Club du Tourisme qui regroupe les différents secteurs du tourisme, dont les hôteliers et les restaurateurs, pointe également du doigt « l’absence d’organisation sanitaire adaptée et cohérente avec celle de Sint Maarten ». « Malheureusement, et ce n’est pas faute d’avoir renouvelé, courriers, propositions et explications sur la situation, nous sommes au regret d’annoncer aujourd’hui la non réouverture d’un des symboles de l’hôtellerie de notre destination, l’Hôtel Belmond La Samanna, faute d’autorisation pour l’accueil de notre marché principal américain », ont indiqué Monsieur Seguin et Madame Astier Petin.
 
Fermeture définitive de Carimo et incertitudes pour le Secret Hôtel
 
« Une autre fermeture, celle-ci définitive et non des moindres, est à déplorer, celle de l’entreprise Carimo autre fleuron de la destination. D’autres établissements, dont le Secret Hôtel, plus gros employeur de l’île, prendra peut-être la même décision contraint et forcé. Comment ne pas être dans une situation d’incompréhension et de colère alors que nous allons laisser passer devant nos fenêtres les touristes, de Sint Maarten, d’Anguilla et même ceux de Saint-Barthélemy », a rajouté le président Seguin qui a insisté sur la situation extrêmement grave dans laquelle se retrouve le territoire : « Ces 2 portes drapeaux en berne de notre économie touristique sont malheureusement représentatifs de notre situation. La destination est plus qu’affaiblie. Cette situation est une catastrophe économique et sociale pour le territoire, lequel n’a plus connu de vraie saison touristique depuis 2016/2017 ».
 
Les américains interdits ? Pas de fondement juridique !
 
Le président Gibbs a dans son propos liminaire de ce même conseil territorial de vendredi dernier, rappelé que le Conseil territorial avait, en date du 24 septembre, adopté à l’unanimité une demande expresse à formuler au gouvernement pour une ouverture du territoire saint-martinois, notamment aux personnes en provenance des Etats-Unis, à partir du 1er novembre. Daniel Gibbs indiquait que sur ce point pourtant crucial, « nous n’avons aucune réponse de la part de l’Etat, local ou national, qui reste sur des postures » et martelait pourtant «qu’à ce jour, aucun texte n’interdit la venue, à Saint-Martin, de touristes américains puisque nous ne faisons pas partie, à l’instar de toutes les collectivités d’outre-mer, de l’Espace Schengen ». Et d’ajouter : « Il semble qu’un principe de précaution, sans fondement juridique, soit donc appliqué par les autorités étatiques. Seulement, les hébergeurs, tour-opérateurs, partenaires et autorités étrangères ont besoin d’une réponse claire pour faire vivre notre destination ».
 
Saint-Barthélemy et Saint-Martin, deux traitements différents
 
Alors que l’île sœur a, depuis le mois de juin dernier, pris la décision d’accueillir les touristes en provenance des Etats-Unis, il semblerait bien qu’il y ait un traitement différent sur l’une et l’autre île des deux Iles du Nord : « S’ils connaissent la même problématique, eux (Saint-Barthélemy, NDLR) bénéficient d’une bienveillance à laquelle Saint-Martin n’a pas droit. Conscients de cette différence de traitement, ils nous soutiennent officiellement dans cette démarche. Ces échanges ont par ailleurs donné lieu à une saisine conjointe du Président de la République il y a 15 jours…demeurée sans réponse », a commenté amèrement le président Gibbs.
 
Perte d’emplois, image négative à l’extérieur, situation ridicule
 
Dans l’impossibilité de projeter une date d’ouverture ferme de leurs établissements, certains ont donc décidé de jeter l’éponge pour cette année, mettant à mal quelque 500 emplois supplémentaires et impactant très fortement tout le territoire par le manque de touristes. De surcroît, le ridicule de la situation où des touristes en provenance des Etats-Unis, arrivent à l’aéroport Juliana, peuvent rejoindre leur hôtel à Sint Maarten ou à Saint-Barthélemy, et surtout ne pas se rendre dans un hôtel de la partie française, mais peuvent cependant circuler sur le territoire français et aller déjeuner dans ses restaurants, impacte très négativement l’image du territoire qui perd toute crédibilité vis-à-vis des représentations diplomatiques américaines. Une situation totalement ubuesque qui est à l’image du nombre important d’incohérences dans la gestion de cette crise sanitaire. Et dont malheureusement Saint-Martin en fait gravement les frais.
 

By continuing your visit to this site, you accept the use cookies to make statistics of visits.